Université d'Alger

REPORTÉE PLUSIEURS FOIS DU FAIT DE LA PANDÉMIE : La rentrée universitaire c’est aujourd’hui

Après un arrêt de plusieurs mois, et une reprise des cours seulement à distance, les étudiants rejoignent aujourd’hui enfin les bancs des universités. Reportée à maintes reprises, cette rentrée se déroulera dans des conditions exceptionnelles, à savoir l’instauration d’un protocole sanitaire strict et l’adoption d’un système de groupes qui concernera le tiers des élèves et uniquement les matières essentielles.

Le ministre du secteur, qui s’est exprimé à la veille de ce rendez-vous important et tant attendu, a précisé que l’enseignement en mode présentiel sera assuré pour une moyenne de 12 semaines par semestre et le reste des cours sera dispensé en ligne. Il a été également décidé, selon Benziane, la réduction du nombre d’étudiants dans les résidences universitaires qui est passé au tiers. Concernant la priorité d’intégrer une résidence universitaire, le ministre a dit qu’elle sera donnée aux étudiants qui habitent les wilayas éloignées, notamment celles du sud du pays. Pour ce qui est du transport universitaire, il a rassuré à ce titre qu’un comité mixte entre le ministère des Transports et son département a travaillé à la préparation d’un accord pour le transport des étudiants par train, soulignant que «tout est préparé pour le transport des étudiants, et nous attendons la décision des autorités supérieures».
D’autre part, le ministre a appelé la communauté universitaire à concourir à la réussite de cette rentrée, au titre de laquelle les établissements universitaires et les instituts accueilleront exceptionnellement 279.959 nouveaux étudiants, lesquels seront concernés également par les modes d’enseignement en présentiel et à distance. Il a rappelé que le MERS avait recouru, depuis le deuxième semestre 2019, à des modes alternatifs, en raison de la pandémie du nouveau coronavirus, en l’occurrence les modes d’enseignement à distance et l’utilisation des différents supports multimédias disponibles. Le ministre a affirmé, également, que ce mode d’enseignement avait permis d’organiser les cours à distance et de parachever les programmes d’études, en sus d’organiser des activités pédagogiques en présentiel et d’évaluer les étudiants, dans le respect du protocole sanitaire, et ce à travers la répartition des étudiants en groupes, et l’application des mesures de protection aussi bien au niveau des établissements de l’enseignement supérieur que des structures des œuvres universitaires.
Il a estimé que le mode d’enseignement à distance et en présentiel où le nombre des étudiants est limité, avait permis de clôturer l’année universitaire 2019-2020 dans des conditions acceptables, dans la majorité des établissements universitaires, de même qu’il avait permis aux établissements et à la famille universitaires, en tête de laquelle les enseignants chercheurs, d’acquérir une expérience précieuse en cette matière à travers la maitrise des approches pédagogiques et le développement de moyens et outils, à l’image des plateformes d’enseignement et numériques, ainsi que l’adoption de nouvelles méthodes dans les relations pédagogiques entre enseignant et étudiant.

Les organisations estudiantines appellent au respect du protocole sanitaire
à ce propos, le SG de l’Union générale des étudiants algériens (UGEA), Nadjib Mebarki, a relevé quelques lacunes dues au manque d’expérience face à cette pandémie durant le deuxième semestre de l’année universitaire écoulée, appelant tout un chacun à respecter les gestes barrières. Au sujet du e-learning, Mebarki a fait savoir que les organisations estudiantines étaient les premières à opter pour cette méthode d’enseignement en tant que choix unique en cette conjoncture sanitaire exceptionnelle, mais aussi pour hisser l’université algérienne au rang des grandes universités. S’agissant des citoyens des zones d’ombre, le même responsable a indiqué qu’il était possible de recourir aux versions papier et à l’exploitation des salles informatiques mobilisées au niveau des universités et des cités universitaires. Pour sa part, le secrétaire national de l’Alliance pour le renouveau estudiantin national (AREN), a appelé à l’ouverture des bibliothèques communales dans les zones d’ombre et à rapprocher les prestations et services des étudiants pour leur permettre de suivre leurs cours, et à l’ouverture de lignes de transport collectif en vue de leur permettre également de se déplacer à l’université.
Ania Nait Chalal