Annaba

Repêchage du corps d’un jeune mort noyé dans une plage rocheuse à Annaba

Le corps sans vie d’un jeune mort noyé a été repêché au large d’une plage rocheuse non surveillée de la ville d’Annaba, a-t-on appris jeudi auprès des services de la Protection civile. Issu de la cité Boukhadra de la commune d’El Bouni, ce jeune, âgé de 19 ans, a trouvé la mort par noyade mercredi après-midi à la plage «Ezzoun» de la corniche de la ville d’Annaba, a précisé la même source, détaillant que des citoyens, présents sur les lieux, sont intervenus pour récupérer le corps de la victime. L’équipe médicale de la brigade de la Protection civile, dépêchée sur le lieu, a tenté vainement de réanimer la victime avant de déclarer le décès, a assuré la source. La dépouille de ce jeune a ensuite été transférée à la morgue de l’hôpital Ibn Rochd relevant du Centre hospitalo-universitaire d’Annaba. De leur côté, les services de la Sûreté territorialement compétents, ont ouvert une enquête pour déterminer les circonstances exactes de cet accident.

Un mort et un blessé dans un accident de la route à Sour El-Ghozlane
Une personne a trouvé la mort vendredi après-midi et une autre a été blessée dans un accident de la route survenu sur la nationale N 8 reliant Sour El-Ghozlane à Dirah (sud de Bouira), a-t-on appris auprès des services de la protection civile de la wilaya. L’accident s’est produit suite au dérapage d’une voiture touristique dont le conducteur a voulu éviter une collision avec un camion. « Un homme âgé de 38 ans est mort sur le coup, tandis qu’un autre a été grièvement blessé, ce qui a nécessité son évacuation à l’hôpital de Sour El-Ghozlane pour recevoir les soins », ont expliqué les services de la protection civile à l’APS. Une enquête a été ouverte par les services de la gendarmerie nationale pour élucider les circonstances exactes de cet accident.

Risque de famine en Somalie à cause de la sécheresse, selon l’ONU
La Somalie fait face à un risque important de famine en raison de l’une des pires sécheresses vécues depuis des décennies, a averti mercredi le secrétaire général adjoint de l’ONU pour les Affaires humanitaires, Mark Lowcock. «Les prévisions pour la saison des pluies en Somalie (entre avril et juin) vont se traduire par l’une des pires sécheresses survenues au cours des 35 dernières années», souligne le responsable dans un communiqué. L’ONU a débloqué en urgence 45 millions de dollars pour aider la population, notamment en eau et en nourriture en Somalie mais aussi dans certaines régions de l’Ethiopie et du Kenya. Sur cette somme, environ 30 millions de dollars sont destinés à la Somalie, où 2,2 millions de personnes risquent la famine d’ici à septembre. Environ 3,2 millions de personnes supplémentaires risquent d’avoir des difficultés à s’approvisionner en nourriture sur la même période. La sécheresse en Somalie s’est développée plus vite que ce qui avait été constaté au cours de la dernière décennie, précise Mark Lowcock dans son communiqué. Déjà entre octobre et décembre, les pluies avaient été moindres que par le passé.
«Les communautés déjà touchées par les sécheresses passées sont de nouveau confrontées à la faim et à la pénurie d’eau, accentuant leur vulnérabilité aux maladies mortelles contagieuses», précise le responsable de l’ONU.

Des gravures d’animaux datant de 12 000 ans découvertes en France
Une plaquette de grès sur laquelle ont été gravés des chevaux et d’autres herbivores à la fin du Paléolithique a été mise au jour sur un chantier de fouilles à Angoulême, dans le sud-ouest de la France, a annoncé mercredi l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap). Une surprise pour les archéologues car cette pièce est datée d’environ 12.000 ans avant notre ère, ce qui correspond à la période dite de l’Azilien. Or «l’art azilien est souvent considéré comme une rupture, il marque un abandon du figuratif au profit de l’abstraction», explique l’Inrap. «Trouver des chevaux et d’autres animaux dessinés à cette période de l’Azilien récent, c’est exceptionnel», estime Valérie Feruglio, spécialiste de l’art préhistorique. à l’été 2018, des représentations figuratives avaient été retrouvées sur des plaquettes de schiste gravées du site azilien ancien (vers 14.000 ans avant notre ère) du Rocher de l’Impératrice à Plougastel-Daoulas (ouest de la France). «Mais là cela décale de 2000 ans la persistance des représentations figuratives» dans l’art azilien, ajoute Valérie Feruglio. Les auteurs des gravures d’Angoulême sont des Homo sapiens encore nomades, qui vivent de chasse et de cueillette.

Record de saisies de cocaïne en Europe en 2017
Plus de 140 tonnes de cocaïne ont été saisies en Europe en 2017, un volume encore jamais atteint dans un «marché concurrentiel», selon le rapport annuel de l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) publié jeudi. Le précédent record, qui remontait à 2006, est dépassé «de plus de 20 tonnes», tandis que le nombre de saisies – plus de 104.000 en 2017 -, atteint également un niveau jamais égalé, note le rapport qui souligne que «l’offre n’a jamais été aussi importante». Le nombre d’Européens consommateurs de cocaïne, produite à partir des feuilles de coca, principalement en Bolivie, en Colombie et au Pérou, était estimé en 2017 à 3,9 millions, ce qui en fait le premier stimulant illicite sur le Vieux Continent. Par ailleurs, le degré de pureté de la cocaïne, mesuré en 2016 comme le plus élevé depuis 10 ans, s’est maintenu en 2017, malgré un prix stable au détail, selon l’OEDT, dont les travaux sont fondés sur des données collectées en 2017 ou l’année la plus récente disponible. C’est en Belgique – 45 tonnes – et en Espagne – 41 tonnes -, dont les ports constituent les points d’entrée maritime historiques de la cocaïne en Europe, que les saisies ont été les plus importantes, devant la France – 17,5 tonnes – et les Pays-Bas – 14,6 tonnes.

Chiffre du jour : 1 000
Le nombre de cas de rougeole depuis le début de l’année aux Etats-Unis a franchi la barre des 1.000, ont annoncé mercredi les autorités sanitaires américaines. «Le 1.000ème cas d’une maladie évitable comme la rougeole est un rappel inquiétant de l’importance» de la vaccination, a déclaré le ministre américain de la Santé Alex Azar, cité dans un communiqué. «Nous ne pouvons pas le répéter assez: les vaccins sont un moyen sûr et très efficace de prévenir cette maladie et de mettre un terme à l’épidémie actuelle», a-t-il ajouté. L’annonce de ce 1.000ème cas intervient quelques jours seulement après la mise en garde des autorités sanitaires sur le risque pour les états-Unis de perdre leur statut de pays ayant éliminé la rougeole. La maladie a été déclarée «éliminée» en 2000 dans le pays, un but qui avait été fixé en 1966 avec le début de la vaccination.Ce terme correspond à l’absence de transmission continue pendant 12 mois dans une zone géographique particulière. à l’heure actuelle, c’est l’épidémie persistante de la région new-yorkaise qui alarme les autorités. Elle a commencé officiellement à New York le 30 septembre 2018, et dans le comté voisin de Rockland le 1er octobre. Si elle continuait pendant encore quatre mois, selon cette convention, les états-Unis ne pourront plus dire qu’ils ont «éliminé» la rougeole.