Lama24

RENCONTRES DE HAUT NIVEAU AUTOUR DE LA PALESTINE, LE SAHARA OCCIDENTAL, LE SOMMET ARABE, LE SAHEL ET L’AFRIQUE : La diplomatie nationale cartonne à l’ONU

La 77e AG de l’ONU est une aubaine qui s’est présentée à l’Algérie, elle qui aspire avec le soutien de l’UA à un siège non-permanent au Conseil de sécurité, pour faire peser sa voix dans le concert des nations. Elle le fait, avec brio même tentons-nous de dire, à considérer le flux de rencontres tous azimuts et de haut niveau accomplies par le chef de la diplomatie nationale, Ramtane Lamamra, qui s’est appuyé sur Nadir Larbaoui, le très introduit représentant de l’Algérie dans les coulisses du siège de l’Organisation onusienne.

Artisan de la paix reconnu comme tel dans la région, en Afrique et même au-delà pour prendre l’exemple du conflit ukrainien où notre diplomatie a proposé ses bons offices aux côtés des pays arabes, l’Algérie reçoit l’écho favorable. Pour preuve, elle a été saluée à travers l’initiative du président Tebboune visant à réactiver l’action du Mouvement des non-alignés pour contribuer à la désescalade et promouvoir les relations équilibrées pacifiques et cordiales entre les Nations. Ainsi, aussi bien en plénière qu’en dehors de l’AG de l’ONU, la diplomatie nationale a brassé large. C’est ainsi que Lamamra s’est entretenu avec une pléthore de hauts responsables et diplomates, notamment deux chefs d’Etat africains. Le premier est Macky Sall, président du Sénégal et président en exercice de l’UA auquel il a remis une lettre d’invitation d’Abdelmadjid Tebboune au Sommet arabe. Le deuxième président est celui de la Guinée-Bissau, lors d’une rencontre qui rentre dans le cadre de la communication continue entre le président Abdelmadjid Tebboune et cet actuel président Umaro Sissoco Embalo, qui n’est autre que le président de la CEDEAO.
Egalement, Lamamra a rencontré le président de l’AG de l’ONU, Kasaba Korosi, qu’il assure de son soutien pour voir les priorités de la 77e session en cours « renforcer le rôle des Nations unies » dans la conjoncture internationale actuelle. Pour sa part, Korosi a salué la contribution de l’Algérie à la paix, la sécurité et la stabilité dans le monde, notamment son travail de médiation et de résolution des conflits par des moyens pacifiques.
Concernant la Palestine, au lendemain de sa rencontre avec Mahmoud Abbas, le chef de la diplomatie nationale a réitéré, lors de sa participation aujourd’hui à la réunion ministérielle du Comité Palestine du Mouvement des Non-Alignés, le soutien sans faille de l’Algérie à la demande présentée par l’État frère de Palestine pour devenir membre à part entière de l’ONU.
Comme il a eu aussi une séance de travail avec son homologue de la RASD, son frère Mohamed Salem Ould Salek, où les derniers développements liés à la question sahraouie et le parachèvement en vue de la décolonisation de la dernière colonie en Afrique dans le cadre d’un référendum d’autodétermination comme voie onusienne.
Celui qui conduit notre mission diplomatique à l’ONU, a aussi rencontré le Panel de haut niveau sur la sécurité et le développement au Sahel dirigé par l’ancien président du Niger, Mahamadou Issoufou. Les échanges ont porté sur les défis politiques, sécuritaires et de développement dans la région sahélo-saharienne et les perspectives pour y faire face.
Dans sa lancée, Lamamra a eu également à rencontrer une dizaine de ses homologues en Afrique comme en Europe, du moins depuis le début des travaux de l’AG onusienne. Au-delà de l’importance du travail des coulisses pour faire peser la voix diplomatique de l’Algérie, notre pays force le respect et l’admiration depuis son retour en fanfare dans le concert des Nations.
Farid G.