COVID-19

REMBOURSEMENT DES FRAIS AUX PERSONNES INFECTÉES PAR LA COVID-19 : Les enseignants universitaires réclament une prime de 5 millions

L’Office national des Œuvres universitaires (ONOU) a entamé l’étude des dossiers concernant le remboursement des enseignants infectés par la Covid-19, qui s’effectuera avant la rentrée universitaire 2021-2022. En effet, la Fédération nationale des enseignants universitaires a revendiqué une prime dépassant les 50 000 DA aux enseignants universitaires contaminés par le coronavirus, exigeant qu’ils soient indemnisés avant la rentrée universitaire.

Ceci, « après avoir effectué de nombreuses analyses dans des laboratoires privés de leurs propres argents à des prix exorbitants, en plus de leur prise en charge des frais de traitement, d’autant plus que les toniques et les vitamines utilisés dans le traitement ne sont pas remboursables » précise la fédération dans un communiqué. D’autre part, la même source a appelé à la mise en place de centres de vaccination au profit des professeurs et de toute la famille universitaire au niveau de chaque université et institution de recherche dans le pays, comme l’une des mesures nécessaires pour assurer la sécurité sanitaire et garantir une bonne rentrée universitaire dans des conditions optimales.
Aussi, ladite fédération a recommandé l’enseignement à distance, le considérant comme l’une des mesures importantes et fiables pour la gérance des affaires pédagogiques et scientifiques en dépit de la situation épidémiologique actuelle, appelant à son adoption dans tous les cas, à condition qu’il (enseignement à distance) soit accompagné par la mobilisation des moyens et des énergies nécessaires, tel que stipulé dans le cadre de ce présent modèle.
En ce qui concerne la rentrée universitaire 2021-2022, la FNPU a appelé à renforcer les dispositions nécessaires pour la bonne gérance des affaires pédagogiques en fonction de la situation épidémiologique, soulignant que l’enseignement présentiel dépend largement des mesures de sécurité mises en œuvre dans l’espace universitaire, avec beaucoup de rigueur concernant l’application du protocole sanitaire.
Affirmant, dans ce cadre, l’obligation de réactiver en permanence le travail des cellules locales de suivi de l’application du protocole sanitaire, considérant qu’elles enregistrent un relâchement dans de nombreuses universités, appelant l’administration à être plus résolue dans le suivi de la situation.
Sarah Oubraham

VACCINATION DE LA FAMILLE UNIVERSITAIRE
L’opération lancée le 4 septembre
Par ailleurs, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a adressé une correspondance dans laquelle il appelle l’ensemble des recteurs et directeurs de l’office des œuvres universitaires de collaborer efficacement avec les directions de la santé afin d’élaborer un calendrier bien organisé permettant de réussir l’opération de vaccination.
Outre le personnel du secteur de l’Éducation, les enseignants universitaires et étudiants sont également concernés par cette opération. La campagne vaccinale, destinée à la famille universitaire, va démarrer le 4 septembre, le même jour de la reprise du travail pour les enseignants et le personnel administratif.
Pour rappel, et sur le plan pédagogique, Abdelbaki Benziane a pris une série de mesures pour garantir la réussite de la rentrée universitaire 2021-2022, à travers l’adoption du principe de gouvernance dans la gestion des opérations administratives, et l’actualisation du protocole sanitaire de lutte contre la pandémie outre le renforcement des ressources humaines et matérielles pour une formation de qualité.
Précisant, dans un communiqué, que les services du MESRS s’attèlent à une évaluation de l’expérience du dispositif hybride qui s’appuie sur une alternance d’enseignement en mode présentiel et en distanciel. « Imposé par la pandémie de Covid-19, ce dispositif s’appuie sur l’enseignement en présentiel pour les unités fondamentales et méthodologiques et le mode à distance pour les unités transversales et de découverte ».
S. Oub.