concours de recrutement

Recrutement de 8586 enseignants et administrateurs : 169 382 candidats retenus à l’examen écrit

Le ministère de l’Éducation nationale a rendu public les résultats de l’examen écrit pour le recrutement de 8586 enseignants et administrateurs organisé le 12 juin dernier. Sur les 740 000 candidats ayant concouru à cette épreuve, 169 382 sont retenus pour passer l’épreuve de l’oral qui aura lieu du 16 au 17 juillet prochain.

C’est en tout cas ce qu’a annoncé la ministre du secteur, Nouria Benghabrit, sur sa page officielle, Facebook. Selon la responsable, le nombre de candidats postulants pour les postes d’enseignants du primaire retenus à ce concours s’élève à 121 954 soit 38.36% du nombre total de participants. Il s’agit en outre de 47 428 candidats pour les grades administratifs retenus soit 14.44% en attendant l’examen oral prévu les 16 et 17 juillet prochain pour les deux catégories, a précisé la ministre. La ministre avait appelé, d’autre part, les candidats retenus à l’examen écrit de retirer leurs convocations sur le site électronique de l’Office national des examens et concours (concours.onec.dz) pour se présenter à l’oral. À rappeler que 740 000 candidats étaient inscrits à ce concours national pour le recrutement de 8586 enseignants du primaire et des employés de l’administration. Sur les 8586 postes à pourvoir, 3378 postes concernent les enseignants du primaire, 239 postes pour les conseillers d’orientation et de guidance scolaire et professionnelle, 213 postes pour les intendants, 694 postes pour les intendants adjoints, 2265 autres postes pour les superviseurs de l’éducation, 300 pour les laborantins principaux et 1407 postes pour les laborantins. À noter que 80% des nouveaux recrutés, compte tenu des profils pour lesquels ils auront été retenus, passeront obligatoirement par des sessions de formation et que ceux retenus pour occuper un poste d’enseignant d’Arabe, de Tamazight ou de Français suivront une année de formation pédagogique préparatoire. Celle-ci débutera, avait fait savoir un responsable du ministère, ce mois de juillet, et sera sanctionnée par des examens et une soutenance de mémoire. Ces formations, faut-il le noter, sont consacrées pour les sortants des universités qui ne sont pas passés par les ENS. Ces nouvelles recrues suivront des cours dispensés au sein des 28 instituts de technologie de l’éducation que le ministère a pu récupérer sur un total de 60 existant à l’origine. La même source avait, par ailleurs, fait savoir que le secteur de l’Éducation n’en a pas encore fini avec les concours de recrutement puisque il reste 49 000 postes d’enseignants du primaire à combler ainsi que 7 000 autres spécialités dans différents domaines. Il n’est donc pas exclu que d’autres concours de recrutement externes soient-ils ou interne soient organisés dans les mois qui suivent. Il est cependant important de souligner que l’annulation de la retraite anticipée a provoqué une saignée dans le secteur de l’Éducation nationale en raison de départs massifs à la retraite des cadres et des enseignants. Afin de combler le déficit engendré, le département de Nouria Benghabrit a organisé une série de concours de recrutement. En 2017, rappelons-le, 10 000 enseignants et 4 000 agents administratifs avaient été embauchés dans le cadre d’un recrutement externe auquel avaient participé plus de 700 000 candidats. Il y a eu également durant la même période la promotion de 45 000 employés à l’issue d’un examen professionnel. Ce recrutement externe, cité ci-dessus, est intervenu après que le ministère ai d’abord puisé dans sa plateforme pour le repêchage des candidats déjà inscrits dans les listes d’attente et ce pour des postes d’enseignants du primaire. Pour ce qui est de l’année 2016, à rappeler que 66 869 enseignants avaient également été recrutés sur base de concours sur épreuve organisé au mois d’avril de cette même année. 38 002 autres enseignants avaient été en outre embauchés à travers l’exploitation des listes d’attente.
Ania Nait Chalal