Tebboune-Hamrouche

PROJET DE L’ALGÉRIE NOUVELLE : Tebboune consulte Hamrouche

L’ancien chef du gouvernement, Mouloud Hamrouche, l’un des acteurs les plus en vue sur la scène nationale durant ces trois dernières décennies, a été reçu hier, en audience, par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune. L’information a vite fait le tour des rédactions et des chaînes de télévision.
«Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la poursuite des consultations lancées par le président de la République avec des personnalités nationales, des présidents de partis et des représentants de la société civile sur la situation globale du pays et la révision de la Constitution, dont la mission a été confiée, dans un premier lieu, à un comité d’experts présidé le professeur universitaire et membre de la Commission du droit international à l’Organisation des Nations unies (ONU), Ahmed Laraba», explique un communiqué de la présidence de la République.
Pour avoir été chef de gouvernement durant les années 90, et connu surtout pour être l’homme des réformes post-événements 88 ayant accouché du Multipartisme, Mouloud Hamrouche a été consulté par le Président sur son projet de «rénovation» de l’Algérie suivant la volonté populaire.
Comme l’a expliqué d’ailleurs la même source, «l’objectif de ces consultations est l’édification d’une nouvelle République répondant aux aspirations du peuple et de procéder à une réforme globale de l’État à même de consacrer la démocratie dans le cadre d’un État de droit préservant les droits et les libertés des citoyens, un objectif que M. Tebboune s’est engagé à réaliser lors de sa campagne électorale et réaffirmé dans son discours prononcé à la cérémonie de prestation de serment en tant que président de la République », ajoute la même source. « M. Hamrouche a présenté au président de la République sa vision sur les différentes questions posées sur la scène politique, et ce, à la lumière de sa longue expérience au service de l’État ainsi que son suivi des évènements nationaux en tant qu’acteur politique éminent », conclut le communiqué de la Présidence.
R. N.