Benbouzid

PRESSION SUR LE SERVICE COVID-19 ET SATURATION DES HÔPITAUX : Benbouzid fait état d’une « nette amélioration »

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, a assuré vendredi, lors d’une visite effectuée à l’occasion d’El-Aïd El Adha à certains hôpitaux d’Alger, que la situation au niveau des établissements de santé s’est « stabilisée » et en « constante amélioration ».

Cette amélioration dans les établissements hospitaliers qui, les jours passés, étaient submergés par un important flux de contaminés au Covid-19, a été rendue possible, explique le premier responsable du département de la Santé, grâce aux nouvelles mesures prises dans le cadre de la prise en charge des personnes atteintes de Covid-19 et la lutte contre la propagation de cette pandémie.
Accompagné du ministre délégué chargé de la Réforme hospitalière, Ismail Mesbah et du directeur de la santé publique au niveau du ministère, Yala Abderrahim, le Pr Benbouzid, a constaté une baisse de la pression aux niveau des hôpitaux vu la disponibilité des lits. Cette situation est le résultat des nouvelles dispositions adoptées le 10 juin dernier et qui consistent en la réduction de la durée d’hospitalisation à cinq jours et le suivi en dehors des structures hospitalières des personnes qui ne présentent pas de symptômes du coronavirus. Les nouvelles dispositions ont permis d’ouvrir plus de 3.000 lits supplémentaires depuis le début du mois de juin, portant leur nombre total à 13.395 lits, outre l’augmentation des capacités et des moyens de traitement, par la mise à disposition de plus d’équipements de dépistage et de protection, a-t-il encore indiqué dans une déclaration au terme de sa visite.
Dans ce sens, des médecins et paramédicaux des différents établissements visités par le ministre, ont exprimé, de leur côté, leur  »satisfaction «quant à la  »baisse de la charge » dans leurs services.
« Nous enregistrons, depuis quelques temps, moins de pression au sein des unités covid-19 et ce, suite aussi, à l’implication des polycliniques dans la prise en charge des patients légèrement atteints », ont déclaré les différents responsables de ces unités des hôpitaux de Aïn Taya, El Kettaret Zeralda.
Par ailleurs, des sources hospitalières, citées par le quotidien « Liberté », confirment les efforts consentis au niveau de nombreux établissements de santé pour améliorer l’offre de soins en mode résidentiel. Mais le problème de l’hospitalisation, précisent les mêmes sources, reste entièrement posé dans des régions comme Alger et Constantine, qui comptent en continu de nouveaux pics de contaminations. A croire ces sources, le nombre de places d’hospitalisation, qui était de
4 000 au début de l’épidémie, est passé à un moment donné à 12 000 places, avant d’atteindre les 20 000 places au milieu de la semaine en cours.
“Jusqu’à mardi soir, les états consolidés ont fait ressortir un total de plus de 20 000 lits dédiés à la Covid-19 dont
1 400 réservés pour les cas graves et sévères dans les unités de réanimation, à travers le territoire national », rapportent- on de mêmes sources.
Il est aussi indiqué, que le taux d’occupation national actuel se situe autour de 52%, autrement dit 48% de places “réquisitionnées” sont disponibles pour accueillir de nouveaux malades de la Covid-19, soit plus de 18 000.
Au niveau de la réanimation, plus de 40% de places des 1 400 mobilisées sont occupées au niveau national puisque le nombre de patients admis en soins intensifs a explosé ces trois dernières semaines. Mais le problème de places reste posé notamment dans les régions dites “grands réservoirs” de l’épidémie. Le décompte détaillé de la pandémie de mardi dernier a fait ressortir que pas moins de 73 malades sont placés dans les unités de réanimation.
A Alger, et malgré quelques améliorations enregistrées depuis la réunion du 9 juillet, la situation des hôpitaux d’Alger est toujours critique. Le nombre de lits dédiés à la Covid est passé de 643 à plus de 1 900 places à travers les 13 établissements sanitaires de la capitale, soit trois fois le nombre que le président de la République a cité lors de la séance de travail tournante consacrée à la gestion de la pandémie.
Brahim Oubellil