amara benyounes

Présidentielle : Benyounès rejoint l’appel de ses compères de l’Alliance

Le leader du Mouvement populaire algérien (MPA), Amara Benyounès, a officialisé hier son ralliement à l’appel au président de la République, Abdelaziz Bouteflika, pour se présenter à sa propre succession pour l’élection présidentielle du 18 avril prochain. Le patron du MPA a fait son annonce, au lendemain de celle émise, par son partenaire dans l’alliance présidentielle, le RND, que son premier responsable a appelé, jeudi, au cinquième mandat du président Bouteflika. Cette fois, c’est pour de bon. Pas l’ombre d’un doute. Le MPA, qui est ainsi le dernier parti de l’Alliance présidentielle a avoir tranché définitivement sur la question, a animé hier, une conférence de presse, lors de laquelle il a annoncé officiellement son soutien à la candidature de Bouteflika, pour un cinquième mandat. Il s’engagea ainsi a entrer dans une campagne commune avec le FLN, RND et TAJ, en vue de soutenir le choix, non encore annoncé, par le chef de l’État, pour un nouveau mandat, le cinquième, à la tête de la présidence du pays. « Le conseil national du MPA déclare qu’il soutiendra le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, lors des prochaines élections présidentielles, comme il exprime aussi son engagement à faire campagne en faveur de ce choix avec  intégrité et loyauté »et réaffirme, dans un communiqué, «son engagement à œuvrer avec les partis de l’Alliance présidentielle  au succès de notre candidat Abdelaziz Bouteflika», souligne la même source.
La formation d’Amara Benyounès a expliqué cette vocation par le fait que «l’Algérie a besoin d’un leader consensuel, crédible, légitime, expérimenté et capable de protéger le pays des menaces, des aventures politiques dangereuses et aussi de bâtir un État républicain et démocratique », tout en poursuivant, il dira que « c’est aussi sur la base de notre conviction de la nécessité d’approfondir et de compléter ces réformes et de convenir d’un modèle économique garantissant l’avenir de notre pays ». Sur ses hésitations à rejoindre le camp du cinquième mandat, le MPA s’est défendu, en indiquant qu’après la convocation du corps électoral et l’attente « jusqu’à la clarification totale des repères de cette étape politique » et suite aussi « à une large consultation élargie à la base des militants loin de toute surenchère et volonté de positionnement », « il ressort clairement que la position du parti depuis le début est liée aux principes et valeurs qui l’ont fondé et oriente son parcours et confirme par la suite que l’unique et principal engagement du MPA est avec le président de la République ».
H. M.