Poursuivre ou geler la grève : Le CNAPESTE dans l’indécision

Le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation (Cnapeste) ayant décidé de prolonger jusqu’à hier, au niveau de Boumerdès, sa session extraordinaire, tenue lundi à Alger, devra rendre son verdict plus tard quant au gel ou la poursuite de son mouvement de grève. Le secrétaire général chargé de l’information auprès du Conseil, Messaoud Boudiba, avait fait savoir qu’en effet, la session extraordinaire du syndicat a été prolongée et s’est tenue au niveau du lycée Frantz Fanon à Boumerdès afin de poursuivre le débat. À l’heure ou nous mettons sous presse, la réunion se poursuit toujours, et aucune décision n’a encore été prise. Selon Boudiba, après la fin de l’examen des rapports de wilayas, le Conseil a ouvert un débat approfondi sur les perspectives du mouvement de contestation du syndicat, ce débat devra être suivi d’une délibération et enfin d’une prise de décision «en toute responsabilité». Affirmant que le CNAPESTE allait se prononcer en toute connaissance de cause de l’issue de ce bras de fer avec le ministère de l’Éducation, il a assuré que la décision finale tombera dans les prochaines heures non sans admettre que la situation est « délicate ». À rappeler que plusieurs établissements scolaires sont en grève depuis le 30 janvier en réponse à l’appel du Cnapeste qui avait appelé à une grève illimitée réclamant l’application du procès-verbal du 19 mars 2015 et la concrétisation des procèsverbaux des wilayas de Blida et Béjaïa outre l’annulation des mesures de ponction arbitraire et abusive des jours de grève. Selon des chiffres officieux relayés dimanche par certains quotidiens de la presse nationale, quelque 4.000 enseignants grévistes ont été révoqués. À rappeler, également, que les élèves de certains lycées à Alger et d’autres wilayas du pays ont observé, dimanche, des sit-in devant leurs établissements pour demander au ministère de l’Education nationale de revenir sur la décision de révocation des enseignants grévistes. La ministre de l’Éducation nationale, Nouria Benghebrit a affirmé, de son côté, que les enseignants radiés peuvent faire un recours auprès des Directions de l’Education pour leur réintégration, et ce dans le cadre d’une commission paritaire. La première responsable du secteur de l’éducation, a rassuré, la fin de semaine dernière, les élèves et leurs parents que toutes les mesures avaient été prises pour garantir leur droit constitutionnel à l’enseignement, en ayant à coeur le principe d’équité et d’égalité des chances. Benghebrit a appelé les élèves à travailler et à faire preuve d’assiduité, réitérant l’attachement de son département à garantir l’encadrement nécessaire en tenant compte de la complexité de la situation qui vous a été imposée. « Les élèves ne peuvent payer le prix d’une surenchère syndicale qui fait fi des lois de la République », avait-elle souligné. Benghabrit a rappelé, d’autre part, les efforts déployés par son ministère pour éviter cette situation, à travers les séries de rencontres marathoniennes avec les syndicats du secteur dont le CNAPESTE, rencontrés dans le cadre de réunions bilatérales et groupées, dans le but de les dissuader de recourir à la grève illimitée.

Ania Nait Chalal