12.9 C
Alger
3 mars 2024
lecourrier-dalgerie.com
ACTUALITÉ

Poursuivi par les autorités marocaines : Moumni Zakaria menacé de mort en France

Le boxeur marocain Zakaria Moumni qui a saisi la justice française contre les autorités marocaines et notamment contre un haut responsable marocain en charge de la sécurité, pour tortures, affirme avoir été attaqué et menacé de mort en France, par quatre hommes, dont au moins deux étaient armés, dans le hall de l’immeuble d’une amie chez qui il logeait, après un jogging.

Un des hommes aurait filmé la scène tandis qu’un autre aurait pointé vers lui une arme à feu en lui intimant, dans un arabe teinté d’accent marocain, de s’agenouiller et de dire ««Vive le Roi» avant de mourir», selon la plainte déposée par Zakaria Moumni. Après avoir réussi à prendre la fuite, il s’est rendu à l’hôpital où les médecins ont constaté des blessures faites par une lame, au niveau du cou et des mains. Une plainte pour «tentative d’assassinat» a été déposée à l’hôtel de police de Nancy, a indiqué le parquet de Nancy. «Il y a de fortes présomptions pour que ces faits dénoncés soient liés aux pressions que subit M. Moumni depuis plusieurs mois», a souligné son avocat, Me Patrick Baudouin. Zakaria Moumni, spécialiste de kickboxing, affirme avoir été «enlevé, séquestré et torturé» au Maroc en septembre 2010.
Il a porté plainte contre les services secrets du Maroc, en février 2014, ce qui lui a valu d’être à son tour poursuivi en diffamation par les autorités marocaines.En avril dernier, il avait déposé une main courante au commissariat de Nancy après qu’un inconnu l’ait, via un interphone, menacé de mort s’il ne retirait pas ses plaintes contre les services secrets marocains. Le boxeur, qui avait affirmé avoir été «enlevé et torturé» en septembre 2010, avait porté plainte en France contre le patron du contre-espionnage marocain (DGST) Abdellatif Hammouchi. Cette plainte avait nourri, avec d’autres visant aussi M. Hammouchi, une grave crise diplomatique entre Rabat et Paris.
La justice française avait déclaré »irrecevable» une plainte en diffamation du gouvernement marocain contre Zakaria Moumni. Le tribunal correctionnel de Paris a estimé que le royaume, ne pouvant «être assimilé à un particulier», ne pouvait poursuivre en diffamation au titre de l’article 32 de la loi du 29 juillet 1881 qui «réprime la diffamation publique commise envers les particuliers». Sans trancher sur le fond, il a donc déclaré «le royaume du Maroc irrecevable en son action».
La justice française a été saisie de plusieurs plaintes mettant en cause le patron du contre-espionnage marocain (DGST) Abdellatif Hammouchi ou émanant des autorités marocaines, notamment pour dénonciations calomnieuses, mais c’est la première fois qu’un de ces dossiers arrivait au tribunal.
M. B.

Related posts

CHENGRIHA SUR LES LIEUX DE L’OPÉRATION POUR GALVANISER LE MORAL DES TROUPES DE L’ANP : Huit terroristes mis hors d’état de nuire à Skikda

courrier

LE SECTEUR DE L’ÉDUCATION EN ÉBULLITION : Quel plan pour sauver le reste de l’année scolaire?

courrier

PROLONGATION DU CONFINEMENT PARTIEL : Les commerçants d’El-Eulma protestent et organisent des sit-in

courrier

SUPPOSÉE MAROCANITÉ DU SAHARA OCCIDENTAL : Biden gèle la décision de Trump

courrier

Bancarisation de l’argent informel : Bouchouareb met les points sur les «i»

courrier

Hausse brutale des prix des fruits et légumes : Un début de Ramadhan sans pitié !

courrier