Ould Abbes

POUR DÉTOURNEMENT D’UN MONTANT PUISÉ D’UN FONDS DESTINÉ AUX VICTIMES DU TERRORISME : Ould Abbès écope de 3 ans de prison ferme

Le Pôle pénal économique et financier du tribunal de Sidi M’hamed à Alger a condamné hier à  3 ans de prison ferme et une amende de 1 million de DA, l’ancien ministre de la Solidarité, Djamel Ould Abbès, dans une affaire de corruption lorsqu’il était à la tête du secteur. Le tribunal a également condamné Ould Abbès à verser 2 millions de DA d’indemnités aux deux parties civiles (le ministère de la Solidarité et le Trésor public). L’ancien ministre est poursuivi pour dilapidation de deniers publics, suite au détournement avéré de fonds à partir du compte du ministère de la Solidarité nationale, abus de fonction, blanchiment d’argent et défaut de déclaration de biens. Parmi les dossiers les plus importants présentés dans le cadre de cette affaire, figure le détournement d’intérêts bancaires d’un montant de 45 000 USD issus d’aides financières octroyées par le Koweït et l’Arabie saoudite en 2000 pour la construction de logements au profit des victimes de la décennie noire, par leur transfert à partir du compte du ministère de la Solidarité vers le compte d’une association médicale dont il était le président.

Corruption : 6 ans de prison ferme pour Mohamed Loukal
Le Pôle pénal économique et financier du tribunal de Sidi M’hamed a également rendu son verdict concernant l’affaire de l’ancien ministre des Finances, Mohamed Loukal. Cet ancien responsable a été condamné à cet effet à une peine de 6 ans de prison ferme assortie d’une amende de 1 million de DA. La justice a aussi ordonné la levée de la saisie de ses biens. En détention provisoire depuis septembre 2021, Mohamed Loukal est poursuivi en tant qu’ancien directeur général de la Banque extérieure d’Algérie (BEA), pour des faits de corruption et l’octroi d’indus avantages à autrui et abus de fonctions. Le procureur de la République près le tribunal de Sidi M’hamed avait requis une peine de 10 ans de prison ferme à l’encontre de l’ex-ministre, ainsi qu’une amende de 3 millions de dinars avec la saisie de tous ses biens.
A. Nch.