Marche universitaires

PLUSIEURS SECTEURS D’ACTIVITÉ SONT CONCERNÉS : La semaine s’annonce chargée de mouvements de protestation

Cette semaine, marquée par le retour des vacances scolaire et universitaire, s’annonce chargée de mouvements de contestations. Alors que le coup d’envoi a été donné, hier, par quatre formations syndicales dont le SNATEG, le SNE, le CSFP et le SNSI à travers l’organisation d’une grève générale de trois jours, il est prévu que d’autres syndicats autonomes et des collectifs d’étudiants leurs emboîtent le pas à travers également la tenue de rassemblements et de marches accompagnés de débrayage pouvant toucher plusieurs secteurs d’activité.
En tout, ils sont seize organisations syndicales et des dizaines de collectifs d’étudiants à avoir appelé à des marches et des grèves entre dimanche 7 avril et jeudi 11 du même mois.
Hier, ce sont quatre organisations syndicales à savoir le Syndicat national de l’énergie (SNE), le Syndicat national autonome des travailleurs de l’électricité et du gaz (Snateg), la Confédération syndicale des forces productives (CSFP) et le Syndicat national du secteur des industries (Snsi) qui ont entamé une grève de trois jours pour exprimer leur soutien au soulèvement populaire et exiger le départ de tout le système.
À noter que cette grève a été massivement suivie dans plusieurs wilayas du pays. À Sidi Bel-Abbès, Constantine, Bouira, Batna, Tizi-Ouzou, Béjaïa, comme à Alger, les travailleurs ont répondu à l’appel des syndicats et n’ont pas rejoint leurs postes.
Demain, ce sera le tour des étudiants d’organiser des marches et des sit-in pour marquer une fois de plus leur adhésion aux revendications du peuple. Comme ils l’ont toujours fait depuis le début du mouvement populaire le 22 février dernier, des dizaines de collectifs d’étudiants ont lancé des appels pour faire de la journée du mardi, celle de la colère estudiantine contre le régime.
Les étudiants et comme les fois passées, seront certainement soutenus par leurs profs, sachant que le Conseil des enseignants du supérieur (CNES) avait lui aussi appelé à une mobilisation massive après le retour des vacances. S’agissant, par ailleurs, de la journée du mercredi, douze syndicats ont appelé à une journée de grève générale accompagnée d’une marche nationale des travailleurs à Alger.
Les mots d’ordre de ces deux actions sont le rejet du gouvernement de Nourredine Bedoui et le soutien à la révolte populaire. Notons que ces douze syndicats sont tous membres de la Confédération des algériens (CSA). Il s’agit, faut-il le rappeler : du CNAPESTE, du SNAPEST, du CELA, du SATEF, de l’UNPEF, du SNPSP, du CNES, du SNATP, le SNTFP, le SNTE, le SNVTAP, et enfin le syndicat autonome des imams.
Ania Nait Chalal