Plusieurs schémas testés en un seul match : Madjer dans le flou

Le vœu de Rabah Madjer d’enchaîner avec un troisième succès de rang n’a pas été exaucé et son équipe a trébuché dès son premier véritable test sous la houlette de l’ancienne star des Verts. Face à l’Iran donc, les Fennecs ont laissé des plumes. Les observateurs sont même unanimes à dire que les protégés de Madjer ont échappé à une humiliation au vu de leur rendement dans cette partie, notamment en première mi-temps où ils étaient complètement dépassés par les débats, ce qui leur ont coûté d’encaisser deux buts dès les premières vingt minutes. Et même s’ils sont relativement revenus dans le match lors de la seconde période, les coéquipiers de Medjani n’ont pas du tout convaincu. Ils se sont d’ailleurs contentés par limiter les dégâts, en réduisant la marque grâce au défenseur Farouk Chafaï. A l’arrivée, c’est la cote de popularité de Madjer qui a pris un autre sérieux coup. L’ancien champion d’Europe avec le FC Porto, décrié depuis sa désignation à la tête des Verts en novembre dernier, devra s’attendre à d’autres critiques. Rien d’ailleurs que pour ce match contre l’Iran, un adversaire qui prépare la Coupe du monde de la Russie qui débutera le 14 juin prochain, Madjer s’est illustré par ses changements tactiques à répétition. Pas moins de trois systèmes ont été d’ailleurs testés pour l’occasion. Déjà, nombreux s’interrogent sur les raisons ayant poussé Madjer à adopter le 3-4-3 lors du précédent match amical contre la Tanzanie. Un système qui a failli porter préjudice au Club Algérie si l’adversaire du jour était d’un autre calibre. S’étant peu rendu compte qu’il allait prendre un énorme risque contre l’Iran en rééditant la même expérience, le coach national a opté cette fois-ci pour le 4-3-3. Seulement, force est de constater que certains joueurs alignés d’entrée ne sont pas faits pour ce système de jeu. On pense en particulier aux latéraux, Ferhat et Bensebaini, et au milieu défensif Medjani. Résultat des courses : Chaouchi a été obligé d’aller récupérer le cuir du fond de ses filets après seulement 20 minutes de jeu. Sentant ainsi le danger, Madjer va vite revenir au 3-5-2 en incorporant Benmoussa à la place de Henni. Déjà, ce changement a suscité l’étonnement de plus d’un, surtout que Henni n’était pas le plus mauvais des 22 joueurs sur le terrain. Au retour des vestiaires, les Verts reviennent encore au 4-3-3, avant que Slimani ne fasse son entrée en jeu lors des dernières 20 minutes pour jouer aux côtés de Bounedjah puis Abid en pointe de l’attaque avec un schéma de 4-4-2. C’est à croire donc que Madjer et son staff sont tout simplement dans le flou, maintenant qu’ils ne parviennent pas à se fixer sur le système de jeu adéquat qui sied le plus aux joueurs convoqués. Les deux matchs amicaux contre la Tanzanie et l’Iran, qui étaient censés être une aubaine pour Madjer afin de peaufiner son plan d’attaque en prévision des échéances officielles, n’auront ainsi servi à rien. On va attendre encore le prochain match amical contre le Portugal pour savoir pour quel système de jeu optera Madjer qui, visiblement, n’en finit pas avec ses essais, au moment où la reprise des éliminatoires de la CAN-2019 approche à grands pas. En attendant, c’est tout le monde qui croise les doigts dans le camp supporters des Verts.
Hakim S.