Plusieurs clubs sont toujours interdits de recrutement : Les dettes évaluées à près de 60 milliards de centimes

Aussi paradoxal que cela puisse paraitre, plusieurs clubs faisant l’objet d’interdiction de recrutement au cours de l’actuel mercato d’hiver ne s’empêchent pas d’engager de nouveaux joueurs avant même d’épurer leurs dettes envers d’anciens joueurs et entraîneurs qui étaient justement derrière cette mesure prise par la commission de discipline de la LFP.

On croit savoir d’ailleurs qu’en tout et pour tout, le montant global des dettes que les clubs concernés devraient s’acquitter avoisine les 60 milliards de centimes. Dans la foulée, et remarquant que les clubs concernés donnent l’impression de ne pas prendre très au sérieux la mesure prise à leur encontre, la FAF vient de rappeler qu’il n’était pas question de qualifier les nouveaux joueurx recrutés par les formations faisant l’objet d’interdiction de recrutement jusqu’à l’épurement des dettes, ou à la rigueur les réduire à moins d’un milliard de centimes pour chaque club.
Sans cela, les clubs des deux premières Ligues ne pourront pas recruter. A la veille de la reprise, ce week-end, du championnat, ils étaient une quinzaine de clubs des deux ligues confondues concernés par cette décision. Il s’agit de l’USMBA, le MCO, la JSK, le DRBT, le CSC et le CABBA (Ligue 1) ainsi que l’USMAn, l’USB, l’USMH, le MCEE, l’USMB, le MCS, le RCR, la JSMB et l’ASO (Ligue 2). Mais il n’est pas à écarter de voir certains clubs, notamment ceux dont la dette n’est pas colossale, puissent assainir leurs situations vis-à-vis de la CRL et qualifier leurs recrues.
pour ces formations, à l’image de la JSK et du MCO en particulier, elles sont dans une véritable course contre la montre, car elles doivent régulariser les joueurs et entraineurs plaignants avant le 15 janvier en cours, date de la clôture de la deuxième période d’inscription de la saison 2018-2019.
En revanche, la situation semble difficile et parsemée d’embûches pour les clubs ayant contracté des dettes à coup de milliards.
C’est le cas de l’USMBA (6 milliards 200 millions de centimes) qui traverse une situation complexe, vu que la majorité de ses cadres ont recouru à la CRL pour bénéficier de leur argent et aussi de leurs libérations. Déjà, deux cadres de cette formation détentrice de la coupe d’Algérie, mais éliminée de cette compétition dès les 16es de finale, ont quitté le navire, à savoir Zouari et Lamara qui ont rejoint respectivement l’USMA et le MCA. En ligue 2, certains clubs se trouvent face à un vrai dilemme en raison des dettes très élevées, à l’image de l’USMAn et l’USB (9 milliards 600 millions centimes chacune), l’USMH (4 milliards 600 millions centimes), le MCEE (4 milliards), l’USMB (3 milliards 700 millions centimes) et le MCS (3 milliards 100 millions centimes), alors que le RCR, l’ASO et la JSMB, leurs dus ne dépassent pas les 15 millions de DA. Cette situation risque tout simplement de provoquer une grande confusion.
Hakim S.