Ould Kaddour

PLUSIEURS ARRESTATIONS ET LIMOGEAGES OPÉRÉS EN FIN DE SEMAINE : La lutte contre la corruption s’accélère

Plusieurs poids lourds de l’économie algérienne, ainsi que de hauts responsables politiques sont sous la loupe de la Justice. La liste ne cesse de s’allonger avec l’inscription de nouveaux noms, depuis ces derniers jours. dans le traitement, par la Justice, des dossiers de la corruption. En 48 heures, les limogeages et convocations de la justice ont défrayé la chronique et font débat au sein de l’opinion nationale. Les informations rapportant les faits tombent comme un couperet, et la Justice se dit engagée et déterminée à lutter contre la corruption, selon les lois et les procédures en vigueur. D’ailleurs, dans un communiqué, émanant du Parquet général de la Cour d’Alger, celui-ci se dit «soucieux de son indépendance et de la nécessité d’accomplir son devoir professionnel en matière de lutte anti-corruption sans instigation de quelque partie que ce soit». La lutte anti-corruption « est inscrite au titre des priorités de la politique pénale que le Parquet veille à mettre en oeuvre », souligne le communiqué, précisant que le Parquet général « est soucieux de son indépendance et accomplit, en toute sérénité et avec beaucoup de professionnalisme, son devoir en termes de lutte contre la corruption sous toutes ses formes, sans instigation de quelque partie que ce soit ». Le Parquet général a, également, tenu à mettre en avant son souci de « se conformer scrupuleusement, dans toutes ses pratiques et/ou décisions, au secret de l’enquête et de l’instruction », conformément aux dispositions de l’article 11 du code de procédure pénale ainsi qu’à « la présomption d’innocence consacrée par la Constitution en son article 56″, et en réunissant toutes les garanties de défense à travers les différentes étapes de l’action publique ».

 

HAMID MELZI DÉMIS DE SES FONCTIONS

Parmi les personnalités limogées, Hamid Melzi l’ex-directeur de la Résidence d’État Sahel. Selon l’Agence de presse nationale (APS), citant un communiqué de la Présidence de la République, Hamid Melzi, directeur de la Résidence d’État Sahel, a été démis de ses fonctions mercredi dernier. «Il a été mis fin, mercredi, aux fonctions de Hamid Melzi, en tant que Directeur général de l’Établissement public SAHEL», écrit l’APS, qui ne précise pas, cependant, si ce dernier occupe toujours le poste de président directeur général de la Société d’investissement hôtelière (SIH). Rappelons que la Société d’investissement hôtelière de Hamid Melzi est une société de services qui travaille en ce moment sur 11 grands projets pour construire des hôtels de luxe, des centres commerciaux, des parcs d’attractions ou des résidences haut standing.

DES ENQUÊTES SUR CHAKIB KHALIL

Également, la justice va enquêter à nouveau sur l’ancien ministre de l’Énergie, Chakib Khelil. Deux dossiers de poursuites contre l’ancien ministre Chakib Khelil et ses complices ont été transmis à la Cour suprême pour « infraction à la législation et à la réglementation des changes et des mouvements de capitaux de et vers l’étranger », a indiqué un communiqué de la Cour suprême. « La conclusion de deux contrats par la compagnie Sonatrach avec deux entreprises étrangères en infraction à la loi », constitue le deuxième motif de poursuites, a ajouté la même source. Ces mesures ont été prises conformément aux dispositions de l’article 573 du Code des procédures pénales, relatif au privilège de juridiction, a précisé le communiqué.

OULD KADDOUR LIMOGÉ

Le Président directeur général de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, a été limogé, mardi 23 avril, a annoncé la télévision publique ENTV. Le chef de l’État, Abdelkader Bensalah, a nommé, mardi, Rachid Hachichi au poste de P-DG de Sonatrach en remplacement de Abdelmoumène Ould Kaddour, rapporte la télévision d’État : «Le chef de l’État a nommé dans la même journée du mardi, M. Rachid Hachichi, à la fonction de Président directeur général du groupe Sonatrach en remplacement de Ould Kaddour dont il a été mis fin à ses fonctions», indique un communiqué de la présidence de la République. Le nouveau P-DG occupait le poste de directeur de la production du même groupe. Ould Kaddour a été critiqué ces derniers jours en raison du contrat que Sonatrach voulait signer avec Chevron portant sur l’exploitation du gaz de schiste en Algérie.

 

UN CHANGEMENT À LA TÊTE D’ALGÉRIE TÉLÉCOMS

M. Benabdelouahad Mohamed Anouar a été nommé Président-directeur général d’Algérie Télécom en remplacement de M. Adel Khemane, appelé à assumer d’autres fonctions, a annoncé mardi dernier l’opérateur historique. « L’assemblée générale ordinaire d’Algérie Télécom, a nommé M. Benabdelouahad Mohamed Anouar en qualité de Président directeur général, en remplacement de M. Adel Khemane, qui a exprimé sa volonté de quitter Algérie Télécom et rejoindre le groupe GTA », a-t-il indiqué dans un communiqué. Reste à savoir, si l’ex P-DG ne sera pas convoqué par la justice dans les prochains jours, surtout que toutes les compagnies nationales sont au coeur de la lutte contre la corruption.

LE P/APC D’ALGER CENTRE DANS LE COLLIMATEUR DE LA JUSTICE

Ce n’est pas tout, puisque le P/APC d’Alger centre est également au coeur d’une affaire en justice. En effet, Abdelhakim Bettache a été appelé à comparaître devant le procureur de la République près le tribunal de Sidi M’hamed. Le maire d’Alger-Centre a été auditionné dans le sillage de l’ouverture des dossiers de corruption menée par le parquet, bien que le concerné affirme qu’il a été convoqué en tant que témoin. Toutes ces affaires ne sont que le début d’une série de révélations. En effet, au dixième vendredi de la révolution pacifique, le peuple continue à revendiquer des poursuites judiciaires contre toutes les personnes ayant dilapidé l’argent public.

Lamia Boufassa