Plusieurs accords signés et Ankara veut de l’économie « lourde » avec l’Algérie : Erdogan promet des échanges de 10 milliards USD

Le président turc, en visite d’État en Algérie depuis lundi, a promis, lors du Forum d’affaire algéro-turc, hier, d’arriver à une économie lourde avec l’Algérie. Si le volume des échanges commerciaux est de l’ordre de 3,5 milliards de dollars actuellement, Erdogan a précisé qu’il sera augmenté de 5 autres milliards, dans le court terme, pour atteindre finalement les 10 milliards de dollars prochainement. La Turquie, longtemps discrète dans ses échanges économiques avec l’Algérie, souhaite subitement reprendre sa place d’allié historique avec l’Algérie, et dont l’héritage commun permet toutes les passions. De ce fait, plus de 200 hommes d’affaires des deux pays, activant dans plusieurs secteurs sensibles, comme l’industrie du textile, l’agroalimentaire, la pétrochimie, l’électronique, l’électroménager, etc. ont pris part au Forum d’affaires algéro-turc, une rencontre qui vise à renforcer et à diversifier les relations entre les entreprises algériennes et turques. Des rencontres « B to B » sont prévues lors de ce forum dans le but de permettre aux sociétés des deux pays d’identifier de nouvelles opportunités de partenariat. Pour rappel, l’Algérie et la Turquie ont signé, lundi soir à Alger, sept accords de partenariat et de coopération et mémorandums d’entente, à l’occasion de la visite officielle de trois jours qu’effectue en Algérie le président turc, M. Erdogan. Signés en présence du président turc et du Premier ministre, Ahmed Ouyahia, ces accords concernent les secteurs des hydrocarbures, l’agriculture, le tourisme, l’enseignement supérieur, la diplomatie et la culture. Dans le secteur des hydrocarbures, deux mémorandums d’entente et de coopération ont été signés. Le premier a été paraphé entre la compagnie nationale Sonatrach et deux entreprises turques activant dans les hydrocarbures, Ronesans et Bayegan. Dans le domaine de l’agriculture, un protocole d’entente a été signé par le ministre de l’Agriculture, du développement rural et de la pêche, Abdelkader Bouazghi, et le ministre turc de l’alimentation, de l’agriculture et de l’élevage, Ahmet Esref Fakibaba. Les relations économiques entre l’Algérie et la Turquie enregistrent, depuis ces dernières années, une dynamique particulière à travers des partenariats industriels multisectoriels et un renforcement des échanges commerciaux. Actuellement, près de 800 entreprises turques activent en Algérie et emploient plus de 28 000 personnes. En matière d’investissements enregistrés en 2017 auprès de l’Agence nationale du développement de l’investissement (ANDI), la Turquie a occupé la première place des investissements mixtes hors hydrocarbures en termes de nombre et de montant de projets avec plus de 20 projets d’investissements d’un montant global de plus de 200 milliards de DA devant générer près de 6.000 emplois. Par ailleurs, les échanges commerciaux algéro-turcs ont également connu un certain essor pour s’établir à près de 4 milliards de dollars en 2017 mais avec une balance commerciale en défaveur de l’Algérie. L’année dernière, la Turquie a ainsi été classée 6ème client de l’Algérie avec des exportations algériennes de 1,96 milliard de dollars, en hausse de plus de 45% par rapport à 2016. Ce pays a aussi occupé le 6ème rang de la liste des pays fournisseurs de l’Algérie qui a importé auprès de la Turquie pour près de 2 milliards de dollars (+3,2%).

F. O.