Algérie-Allemagne

PARTENARIAT ÉNERGÉTIQUE ALGÉRO-ALLEMAND : Option pour l’Hydrogène vert

L’intention des autorités algériennes de développer la filière de l’Hydrogène vert et ses usages pour la transition énergétique, exprimée dans le plan d’action du gouvernement, est réaffirmée à chaque rencontre des responsables concernés avec les représentants des partenaires étrangers.

La 3ème édition de la Journée algéro-allemande de l’énergie, organisée par le ministère de l’Energie et des Mines, en collaboration avec le ministère de la Transition énergétique et des Énergies renouvelables, avec le soutien du ministère allemand de l’Économie et de l’Énergie, a été l’occasion, ce jeudi, de placer le potentiel et les perspectives de coopération entre l’Algérie et l’Allemagne dans la promotion de l’hydrogène vert, au centre des discussions entre des experts des deux pays. Les perspectives de développement de l’hydrogène vert pour une transition énergétique, tout comme le lien entre le potentiel des technologies Power to-X, et l’industrie, avec l’hydrogène vert, étaient au menu de ce rendez-vous annuel. L’ambassadrice allemande à Alger, Élisabeth Wolbers, estime que « l’Algérie possède toutes les conditions pour pouvoir jouer un rôle important dans ce domaine à l’avenir ».

Intérêt national particulier pour cette filière
Depuis son arrivée à la tête du ministère de la Transition énergétique et des Énergies renouvelables, Benattou Ziane a eu de nombreux contacts avec les représentants de pays intéressés par le développement de la filière « Hydrogène vert » en Algérie. En octobre dernier, il a reçu la vice-présidente du gouvernement espagnol et ministre de la Transition écologique et du défi démographique, Teresa Ribera Rodriguez, avec laquelle il a évoqué l’importance accordée au développement de la filière de l’Hydrogène vert, et à la formation et la recherche appliquée dans les domaines de la transition énergétique et des énergies renouvelables. Le même mois, il a reçu l’ambassadrice des Pays-Bas en Algérie, Janna Van Der Velde, pour discuter des opportunités de coopération et de partenariat dans le domaine, notamment, des filières de la production d’électricité à partir de source renouvelable et de la production de l’hydrogène vert.
L’ambassadrice des Pays-Bas a fait part de la disponibilité de son pays à concrétiser la coopération entre les deux pays, dans le cadre du développement de la filière de l’Hydrogène vert, et ce, en s’appuyant sur l’expérience néerlandaise dans ce domaine, assez avancée dans la stratégie de développement de cette filière. À la même période, également, Benattou Ziane a reçu l’ambassadeur de la Hongrie en Algérie, Gyorgy Pantos, pour parler des opportunités de coopération et de partenariat dans la production de l’Hydrogène vert.
Selon l’ambassadeur hongrois, son pays est disponible pour concrétiser la coopération pour le développement de cette filière, et ce, en s’appuyant sur l’expérience hongroise dans ce domaine, qui a déjà élaboré la stratégie et le cadre législatif et règlementaire spécifiques à cette filière. Le jeudi 14 octobre, une rencontre d’affaires virtuelle algéro-britannique sur les énergies renouvelables a été organisée par la compagnie britannique Developing markets associates (DMA) et l’ambassade d’Algérie à Londres, en collaboration avec le ministère de la Transition énergétique et des Énergies renouvelables, et celui de l’Énergie et des Mines. Les travaux de cette rencontre ont concerné, entre autres, l’Hydrogène vert. Pour rappel, fin novembre, un comité national chargé de l’élaboration de la stratégie nationale de l’hydrogène en Algérie a été installé, par le ministre de l’Énergie et des Mines, Mohamed Arkab, en présence du Commissaire aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique, Noureddine Yassaâ. Le comité est composé de représentants du Commissariat aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique, du ministère de la Transition énergétique et des Énergies renouvelables, du groupe Sonatrach et du groupe Sonelgaz.
M’hamed Rebah