piqûres de scorpion

Ouargla : Plus de 1 600 victimes de piqûres de scorpion dont 4 décès depuis janvier

Au moins 1 626 personnes ont été victimes de piqûres de scorpion, dont quatre (4) ayant entraîné le décès, dans la wilaya d’Ouargla, durant la période allant du 1er janvier au 31 juillet 2019, a-t-on appris mardi auprès des membres du bureau de wilaya de l’Elite nationale des sciences médicales (National Elite of Medical Sciences – NEMS).

La plupart des cas de décès ont été enregistrés à travers les régions d’Ouargla et de Touggourt, a-t-on signalé en marge d’une campagne de sensibilisation sur la prévention contre l’envenimation scorpionque, dont le coup d’envoi de cette initiative a été donné au chef-lieu de wilaya. Encadrée par un groupe d’étudiants en médecine, pharmacie et chirurgie dentaire, cette campagne a pour objectif de donner au grand public toutes les explications sur les risques induits par l’envenimation scorpionique et les mesures à prendre afin de prévenir contre ce fléau qui constitue une véritable menace pour la santé publique, a-t-on souligné. Au programme de cette campagne de trois jours, figurent de nombreuses activités, dont des rencontres scientifiques, ateliers de formation et expositions y compris la distribution de dépliants comprenant des conseils au profit des citoyens, a indiqué à l’APS le coordinateur de Nems à Ouargla, Mohamed Sohaib Telli. La prévention reste le meilleur moyen de lutte contre l’envenimation scorpionique, en veillant à l’éloignement de tous les amas d’ordures ménagères et des déchets inertes aux alentours des habitations, en plus la garantie de l’éclairage public, a-t-il expliqué. Il s’agit en outre d’éviter les thérapies traditionnelles en cas de piqûres de scorpion, tout en recommandant d’évacuer au plus vite possible la personne victime de piqûres de scorpions vers le centre de soins le plus proche pour bénéficier d’une prise en charge médicale, a-t-il poursuivi. Les opérations de collecte de scorpions, dont à besoin l’Institut Pasteur pour la fabrication de sérum anti-venin, contribueront à diminuer la multiplication de cet insecte et, par conséquent, le nombre de piqûres, parfois mortelles, a-t-il souligné. L’envenimation scorpionnique constitue une préoccupation majeure du secteur de la Santé du fait de quelque 50.000 cas sont recensés chaque année notamment dans les wilayas du sud du pays , où plus de 2.500 piqûres de scorpions, dont sept (7) cas mortels, ont été enregistrées en 2018 à Ouargla. La wilaya d’Ouargla, est considérée l’une des foyers de prolifération de l’andorctonus Australis, l’un des espèces les plus dangereuse pour l’homme et responsable du plus grand nombre de piqûres et de décès, a-t-on signalé.