Naissance du groupe parlementaire d’amitié Algérie-Jordanie

Un groupe parlementaire d’amitié et de fraternité Algérie-Jordanie a été installé jeudi à Alger, lequel sera un espace de dialogue, de rapprochement de positions et de coordination entre les parlementaires des deux pays, a indiqué un communiqué de l’Assemblée populaire nationale (APN). Le vice président de l’APN, Hadj Laïb, a procédé à l’installation de ce groupe parlementaire, en présence du président de la commission des Affaires étrangères, de coopération et de la communauté établie à l’étranger, Abdelhamid Si Afif, et de l’ambassadeur de Jordanie à Alger, Mohamed Ali Jaradat et du représentant du ministère des Affaires étrangères. à ce propos, M. Laïb a indiqué que ce groupe parlementaire d’amitié constituait «un acquis qui vient d’être ajouté aux relations privilégiées liant les deux pays» ajoutant qu’il sera «un espace de dialogue, de concertation, de convergence de position et de coordination entre les parlementaires algériens et jordaniens». Pour sa part, M. Si Afif a salué, lors de cette cérémonie, les bonnes relations historiques liant les deux pays», affirmant que «l’Algérie est soucieuse de les promouvoir à un niveau de coopération fructueuse au profit des deux pays, notamment en matière d’encouragement de coopération économique à travers l’activation du rôle de ce groupe d’amitié dans le renforcement du dialogue entre les deux Parlements». Désignée présidente de ce groupe, la députée Khadidja Righi, a indiqué que les relations bilatérales «privilégiées» entre l’Algérie et la Jordanie «seront promues à tous les niveaux». Ce groupe d’amitié est un «trait d’union entre les deux peuples et les deux institutions législatives», a-t-elle ajouté appelant à la nécessité de renforcer ces relations pour davantage de rapprochement entre les deux peuples.

13 000 restes mortels exhumés des cimetières chrétiens d’Alger
Le directeur adjoint de l’établissement de gestion des pompes funèbres et des cimetières de la wilaya d’Alger (EGPFC) a fait état de l’achèvement de l’opération du regroupement de plus de 13 000 restes mortels exhumés des cimetières chrétiens de la capitale. «Dans le cadre d’un accord officiel entre les autorités algériennes et françaises prévoyant le regroupement et l’exhumation des restes mortels des cimetières chrétiens à Alger afin de les regrouper dans des cimetières bien précis, les opérations lancées ont été achevées après 3 ans», a déclaré à l’APS, Keddouche Abdelaziz. Initiée fin 2014 par les autorités françaises (Consulat de France à Alger), cette opération a été effectuée par une entreprise spécialisée dans ce domaine, a précisé le même responsable ajoutant que cette opération a permis l’inhumation de 13 248 restes mortels de 7 186 tombes, datant de la période coloniale, à travers les cimetières chrétiens à Alger. Il a fait savoir, à ce propos, que le nombre de cimetières chrétiens à Alger a baissé de 32 à 10 cimetières. Soulignant que 13 248 restes mortels ont été exhumés et transférés vers trois (03) cimetières chrétiens se trouvant au niveau des communes de Kouba, El Biar et Hassène Badi El-Harrach, M. Keddouche a indiqué que cette opération avait permis la récupération d’une assiette foncière de près de 12 hectares qui sera mise à la disposition de la wilaya pour la réalisation de projets de proximité.

La CNMA et l’UGCAA s’associent pour sensibiliser le consommateur
Une convention nationale entre la Caisse nationale de mutualité agricole (CNMA) et l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA) a été signée jeudi à Tlemcen en présence du DG de la CNMA. Destinée à sensibiliser la corporation des commerçants et artisans sur l’importance de l’assurance de leurs activités contre tous les risques directs et indirects, cette convention, qui s’appliquera à toutes les wilayas du pays, a été signée par Khadir Dali, directeur de la CRMA de Tlemcen et Larbi Nedjar, secrétaire national de l’UGCAA et coordinateur de wilaya de Tlemcen, a indiqué Cherif Benhabilès à l’APS, faisant savoir que très peu de commerçants sont assurés. Cette convention s’insère dans le cadre du travail de proximité initié par la CNMA, a affirmé le même responsable, précisant qu’elle accorde de nombreux avantages à la corporation. Sanctionnant plusieurs rencontres entre les deux parties, ce document de travail «pratique» insiste sur l’utilité de ce contrat d’assurance «qui est, avant tout, un acte économique et non administratif», a-t-il souligné. S’agissant d’une catégorie œuvrant à la sécurité alimentaire du pays, cette convention insiste également sur les travaux d’accompagnement que doivent accomplir les deux parties dans le domaine de la prévention des risques, a indiqué Benhabilès, ajoutant qu’elle met l’accent sur la nécessité de rapprocher les commerçants et artisans du secteur agricole et de la pêche.

15 milliards de CTS aux familles démunies à Alger
Les services de la wilaya d’Alger ont affecté, dans le cadre des opérations de solidarité initiées en prévision du mois de Ramadhan, une enveloppe de près de 15 milliards de centimes au profit des familles démunies de 30 communes classées parmi les collectivités pauvres de la wilaya, a appris l’APS auprès d’un responsable de la wilaya. Le directeur du budget, de la comptabilité et de l’équipement à la wilaya d’Alger, Khaled Bilal a indiqué à l’APS qu’une enveloppe de 14,6 milliards de centimes, avait été affectée par la wilaya d’Alger dans le cadre du budget de 2018 au titre des aides accordées aux familles démunies de 30 communes pauvres de la capitale, relevant que ces aides seront distribuées sous formes de colis alimentaires.

Recherché par Interpol depuis 2016, un véhicule retrouvé à Aïn Defla
Les services de sécurité d’Aïn Defla ont intercepté, mardi dernier, un véhicule volé en France en 2016 et qui fait, depuis lors, l’objet de recherches de la part d’Interpol, a appris l’APS de la sûreté de wilaya. L’affaire a été déclenchée après que la brigade de renseignement et d’investigation (BRI) relevant de la police judiciaire de la sûreté de wilaya d’Aïn Defla eut été informée de la présence d’un véhicule touristique suspect au niveau de la ville d’El Attaf (30 km à l’ouest d’Aïn Defla), a-t-on précisé de même source. Après s’être rendu à El Attaf, les policiers ont, après d’intenses efforts, intercepté le véhicule en question au niveau d’un barrage à l’entrée sud de la ville, a-t-on expliqué, signalant que le contrôle minutieux de la voiture a attesté de son vol en France en 2016. Une enquête a été ouverte avec le chauffeur qui était au volant du véhicule en vue de connaître les tenants et les aboutissants de l’affaire, a-t-on conclu de même source.

4 individus arrêtés après l’attaque d’une mosquée en Allemagne
Quatre individus âgés de 18 à 27 ans, ont été interpellés et placés en détention, soupçonnés d’avoir attaqué une mosquée de la communauté turque à Ulm, en Allemagne, ont annoncé jeudi les autorités qui n’excluent pas «un acte motivé politiquement». Le Parquet de Stuttgart et la police de Ulm ont précisé dans un communiqué qu’il s’agit de quatre Syriens, indiquant que l’ «un des quatre jeunes interpellés a reconnu les faits». Dans la nuit du 19 mars vers 3h du matin (01h00 GMT), des bouteilles remplies de liquide inflammable ont été lancées contre la façade du bâtiment, et l’une d’elle a provoqué un départ d’incendie dans l’une des salles de la mosquée. La police avait ouvert une enquête pour tentative de meurtre et tentative d’incendie car huit personnes se trouvaient alors dans le bâtiment. Trois des hommes interpellés se seraient trouvés à proximité de la mosquée au moment des faits et le quatrième aurait préparé les cocktails Molotov.