Mot d’ordre au dialogue Benghabrit-Cnapeste : Préserver la stabilité de l’école

Après des relations entre les deux parties qui furent longuement troublées, notamment depuis l’enclenchement d’une grève nationale illimitée par les enseignants affiliés à ce syndicat, les choses semblent aller, désormais, bon train.

En effet, tout de suite après la décision de mettre fin à son mouvement de contestation, le CNAPESTE a été convié à une rencontre avec la première responsable du secteur. La réunion a eu lieu, hier, et s’est portée, essentiellement, sur les principales revendications des enseignants. Concernant les points discutés lors de cette rencontre, il est utile de rappeler que les responsables du ministère avaient précisé avoir répondu à toutes les revendications de ce syndicat, ajoutant que 90% d’entre elles ont été déjà prises en charge, notamment celles des wilayas de Blida et Béjaïa où le mouvement de grève avait commencé. Le ministère avait envoyé dans ces deux wilayas des commissions composées de représentants de la tutelle et du CNAPESTE pour tenter de résoudre les problèmes posés à leur niveau. Le coordonnateur national du CNAPESTE, Salim Oualha, avait déclaré à ce propos que les points discutés concernent la création d’une commission commune pour définir le nombre des postes et les modalités de promotion aux grades nouvellement créés en attendant le début du travail de cette commission le 7 mars, d’autant plus que l’approbation des promotions se fera avant la fin 2018. Il a précisé que le syndicat réclamera au ministère des garanties quant au droit de tous les enseignants remplissant les conditions de promotion. Dans ce cadre, le syndicat revendique la prise en charge de certains cas relatifs aux postes en voie de disparition, tout en assurant leur formation jusqu’à la prise en charge totale de ces cas. Il s’agit également, selon le même responsable, de l’installation officielle des structures de la médecine de travail, de formule de logement au profit des enseignants, de calcul des années d’étude aux Écoles normales supérieures dans le parcours professionnel et dans sa retraite, de l’inventaire des biens des œuvres sociales, du droit à la prime d’excellence et celle du Sud avec un calcul sur la base de l’actuelle grille des salaires. Maintenant, il reste à savoir si la relance des négociations apportera-t-elle concrètement ses fruits et permettra-t-elle de mettre définitivement fin à ce bras de fer. Une chose est sûre, c’est que maintenant, l’intérêt devrait être plus accordé aux élèves qui ont payé cher le prix de la grève.
À la veille de sa rencontre avec le syndicat CNAPESTE, la ministre a appelé la famille de l’Éducation à se mobiliser pour accompagner les élèves dans le rattrapage des cours non dispensés et la prise en charge de la situation de ces derniers et leur état psychologique durant cette période. Selon la ministre, des instructions ont été données pour la mobilisation de tous les membres de la famille de l’éducation en vue d’accompagner les élèves et suivre leurs préparations, notamment durant la période d’examens, mettant en avant la nécessité de réactiver le rôle des conseillers de l’orientation scolaire en vue de créer un environnement propice aux élèves et écouter leurs préoccupations pour les assister à franchir cette situation.
Ania Nait Chalal-Nait Baha

DEMANDES DE RÉINTEGRATION
154 enseignants sur 580 ont repris le travail à Blida
Un total de 154 enseignants grévistes sur les 580 enregistrés dans la wilaya de Blida ont repris, jusqu’à samedi le travail, après avoir déposé une demande de réintégration, a-t-on appris, hier, auprès du ministère de l’Education nationale. «Sur les 580 enseignants grévistes qui ont été destinataires d’une notification de radiation par le contrôleur financier, 154 ont repris samedi le travail après avoir déposé une demande de réintégration, a déclaré à l’APS l’inspecteur général au ministère de l’Éducation, Nedjadi Messeguem. Se voulant rassurant, le responsable a affirmé qu’aucun enseignant gréviste ne sera radié, à condition de déposer une demande de réintégration, a-t-il dit, appelant ceux n’ayant pas encore déposé leur demande à le faire dans les plus brefs délais.
A.N.C.