harraga5

Mort de 15 subsahariens candidats à l’émigration illégale : Drame au large de Cap Falcon d’Oran

L’aventure à laquelle s’adonnent les candidats à l’émigration clandestine au large de la méditerranée continue à emporter des vies humaines. Hier, c’est au tour de la rive du Cap Falcon, à Oran, de vivre une tragédie suite à la mort de 15 migrants subsahariens sur un total de 34 candidats qui ont tenté la traversée maritime, oh ! combien périlleuse.

Largement reprise, hier, sur les réseaux sociaux, l’information a été confirmée par les services des gardes-côtes et ceux de la Protection civile. «Au total quinze (15) corps sans vie de ressortissants subsahariens, candidats à l’émigration clandestine, ont été découverts à bord d’une embarcation pneumatique en provenance du Maroc tandis que 19 autres ont été secourus, hier, au large de Cap Falcon (Aïn El Turck) par les unités territoriales des Garde-côtes d’Oran», a appris l’APS du chargé de la communication de ce corps de sécurité. «Suite à un avis de recherche émanant des autorités espagnoles, en date du 27 avril dernier, faisant état de 39 candidats à l’émigration clandestine, tous des ressortissants africains, ayant pris le départ depuis les côtes de Nador ( Maroc) pour rallier les côtes espagnoles, les unités territoriales des Garde-côtes, en patrouille en mer, ont découvert dimanche, à 2 miles au nord de Cap Falcon, 15 corps sans vie de subsahariens à bord d’un pneumatique et secouru 19 autres migrants clandestins», a précisé la même source. Pour sa part, la Protection civile, dans un communiqué diffusé à cet effet, confirme que ses unités dans la wilaya d’Oran sont intervenues après avoir été alertées sur l’échouage de l’embarcation des infortunés. «Ce matin à 10h15, des unités de la Protection civile de la wilaya d’Oran ont effectué une intervention suite à l’échouage et naufrage d’une embarcation pneumatique au large de la Plage Cap Falcon, à son bord 34 personnes de nationalités africaines (voyageurs clandestins)», a indiqué cette source, qui précise que ces personnes sont âgées entre 20 et 40 ans. Et d’ajouter que «nos secours ont procédé au sauvetage et ont prodigué, des soins à 19 personnes, victimes de fatigue et hypothermie, puis évacuées vers l’hôpital d’Ain Turk». Par contre, la même source déplore que 15 autres personnes ont été noyées dont les corps ont été repêchés par les plongeurs de la Protection civile. À l’origine de ce drame, les premières conclusions des enquêteurs mettent en avant les mauvaises conditions climatiques de ces derniers jours. Autrement, une situation qui serait derrière l’échouage de l’embarcation des candidats à l’émigration illégale, si l’on se fie notamment au constat de la Protection civile d’Oran.
M. Amrouni