Macias

Maroc : Des centaines de marocains manifestent contre Enrico Macias et contre tout rapprochement entre Rabat et l’entité sioniste

Alors qu’il s’apprête à investir, prochainement, l’Olympia pour la 26e fois, Enrico Macias que le show-biz ainsi que les lobbies pro-sionsites ont toujours œuvré à le présenter comme étant un artiste humaniste et de paix, des centaines de manifestants se sont rassemblés ce jeudi, à Casablanca, au Maroc, pour protester contre sa venue au Maroc et la tenue du concert du chanteur français, connu pour ses postures en faveur de l’entité sioniste et de son soutien à la politique d’Israël en Palestine. Scandant « dégage » à celui qui est connu pour ses engagements aux côtés de l’entité sioniste, les marocains, nombreux, qui se sont rassemblés, pour lui signifier qu’il n’était pas le bienvenu au Maroc » n’ont pas caché leur colère quant aux organisateurs et les autorités marocaines d’avoir permis, à Enrico Macias, d’organiser son concert, à Casablanca. Un concert, qui, il faut le noter, s’est tenu le lendemain du début des travaux, mercredi, de la conférence sur le Moyen Orient, à laquelle les responsables sionistes, dont leur premier ministre, Benjamin Netanyahu, dont la presse israélienne a fait savoir que ce dernier, espère rencontrer les ministres des Affaires étrangères du Bahreïn et du Maroc en marge de cette rencontre. Alors que les marocains continuent d’exprimer leur indignation et leur opposition à la visite officielle, en printemps, au Maroc, du responsable israélien Natenyahu, ils n’ont pas raté l’occasion de manifester leur colère contre la venue et la tenue du concert d’Enrico Macias, à Casablanca, une manière de rappeler aux responsables marocains, à leur tête le roi Mohamed VI, que la cause palestinienne est une ligne rouge, ce qui met à mal le Makhzen, qui espère avec son rapprochement avec l’entité sioniste, profiter des relations des responsables israéliens, pour que ces derniers lui viennent davantage en aide, dans leur soutien à l’occupation marocaine au Sahara occidental.
Karima B.