Accueil Spor Marcelo et la Seleçao entre deux eaux

Marcelo et la Seleçao entre deux eaux

0

Patience, sérénité, décontraction… Tout au long de la semaine précédant l’entrée en lice du Brésil dans «sa» Coupe du monde de la FIFA, il a beaucoup été question de ces vertus-là. Et c’est effectivement dans ce réservoir que les protégés de Luiz Felipe Scolari ont puisé pour se sortir du piège tendu par la Croatie. S’il est un joueur qui n’a pas été épargné, c’est bien Marcelo, qui sera passé par toutes les émotions avant que le match ne bascule enfin du côté auriverde. Dès la 11ème minute, sur un centre d’Ivica Olic venant de l’aile gauche, la tentative de frappe de l’attaquant Nikica Jelavic s’est transformée en passe décisive » pour le latéral brésilien, qui n’a pas eu le temps d’enlever le pied de la trajectoire de la balle. Résultat, un but contre son camp, le premier dans l’histoire mondialiste du Brésil, et un match très mal embarqué. Il ne s’agissait pas d’une rencontre comme les autres, mais du match d’ouverture de la Coupe du Monde, qui plus est à la maison. Ce n’était pas le seul facteur aggravant, car le choc avait lieu à São Paulo, une ville dont le public est connu pour son exigence. Autant dire que le Madrilène était attendu au tournant… « Je me suis tout de suite dit que je devais rester serein pour ne pas pénaliser l’équipe », raconte l’intéressé au micro de FIFA.com. « Si j’avais gambergé, ça aurait pu être préjudiciable pour le groupe. Donc j’ai tout mis en œuvre pour tourner la page au plus vite. » Cette réaction en dit long sur la maturité du défenseur du Real Madrid, que l’on a connu plus fougueux. Son long séjour à Santiago Bernabeu n’est pas étranger à sa métamorphose, lui qui a lourdement pesé sur la victoire merengue en Ligue des champions de l’UEFA.

Néanmoins, cette maîtrise ne sert à rien si l’on n’a pas une équipe autour de soi. En l’occurrence, Marcelo a également pu compter sur le soutien indéfectible des milliers de supporters et de ses camarades. « Les torcedores m’ont aidé à digérer ce but contre mon camp en scandant mon nom. Mes coéquipiers y ont aussi contribué. Tout cela m’a permis d’évacuer rapidement ce fait de jeu et de me remettre dans le match. »

Neymar et Cesar font le reste
À l’image de Marcelo, c’est l’équipe tout entière qui a su garder son calme et surmonter ce mauvais départ. Cela n’a pas empêché les Croates d’inquiéter Julio Cesar et sa prestigieuse défense à plusieurs reprises, mais le Brésil aura eu le mérite de serrer le jeu et de ne pas s’affoler. Après tout, il restait encore 80 minutes à jouer ! « Je suis très content de la façon dont nous avons réagi et de la sérénité que nous avons affichée dans ces moments difficiles », raconte Neymar au micro de FIFA.com.
L’attaquant, auteur d’un doublé, a lui aussi dû faire preuve de sang-froid pour battre le gardien croate, Stipe Pletikosa. Sur le premier but, il a pris sa chance à 25 mètres du but et sa tentative bien ajustée, à défaut d’être puissante, s’en est allée heurter le poteau droit avant de faire trembler les filets. C’était comme si tout le stade avait soufflé sur le ballon pour qu’il file dans les buts. Ensuite, sur le penalty survenu au milieu de la seconde mi-temps, sa frappe médiocre a été déviée en vain par le gardien. « Ce sont deux buts de raccroc, c’est vrai, mais ils comptent quand même. L’important c’est que ça aille au fond ! », lance-t-il.
Bien entendu, Marcelo était là pour le féliciter. Et le latéral a vite fait de se tourner vers le prochain match. « C’est le football. Aujourd’hui, on était un peu tendus en début de rencontre, mais on a réussi à renverser la vapeur grâce au soutien du public », souligne-t-il soulagé. On le serait à moins !

Article précédentTizi Ouzou : un malfaiteur recherché arrêté à Drâa El Mizan
Article suivantLa Côte d’Ivoire veut marquer le coup face au Japon

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.