marocp2

M6  BÉNIT L’OUVERTURE D’UN LIEU DE CULTE ISRAÉLIEN DANS UNE UNIVERSITÉ MAROCAINE : Le plan d’annexion du Maroc par Israël mis en branle

C’est fait, le processus de judaïsation du Maroc est bien lancé. Le roi M6, qui a trahi la cause palestinienne en procédant à la prière de l’absent à la mémoire du comité El-Qods, est allé encore plus loin que la simple normalisation de ses relations diplomatiques avec l’entité sioniste.

Le quotidien israélien le « Jérusalem Post » a annoncé, dans son édition du 5 novembre, l’ouverture à l’université Mohamed 6, qui ne compte aucun étudiant israélien, d’un lieu de culte israélite. Et au moment où des étudiants marocains trouvent des difficultés pour financer leurs études, cette infrastructure a été réalisée sur les fonds propres de l’université. Rien que ça. La cérémonie d’ouverture a été marquée par la présence de Elie Abadie, grand rabbin du Conseil juif des Émirats arabes unis, de Jason Guberman, directeur exécutif de « l’Américan Sephardi Federation » et de Magda Tania Haroun présidente de la tête de la communauté juive d’Égypte. Il faut préciser que dans l’aréopage qui a assisté à la cérémonie d’inauguration figurait également, Mustapha Tourabi,  le conseiller du roi M6 et du staff dirigeants de l’Association Mimouna, une organisation créée en 2007 et qui œuvre à la promotion du patrimoine juif au Maroc. C’est une véritable porte ouverte vers une OPA lancée sur le Maroc car au moment où la communauté estudiantine éprouve des difficultés pour s’assurer des études et au moment où le peuple marocain est en train de vivre une situation sociale des plus difficiles, le palais royale dilapide les deniers publics pour offrir à l’entité sioniste le moyen d’annexer, un jour, le pays. La présence de Mustapha Tourabi à la cérémonie d’ouverture de ce lieu de culte est un signe de la bénédiction du commandeur des croyants.  Il faut rappeler, dans ce cadre, que l’université Mohamed 6 est la première université dans le monde arabo-musulman à ouvrir ses portes à l’entité sioniste. Au lendemain des accords de normalisation des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël, elle  avait dépêché une délégation à Tel Aviv pour négocier des contrats de partenariat avec ses homologues israéliens. Il faut rappeler à sa majesté qu’il a dépassé toutes les limites dans sa trahison de la cause palestinienne. Au moment où les lieux saints, aussi bien musulmans que chrétiens sont sous le contrôle des colons et de l’armée israélienne à El-Qods occupée, il ouvre grandes les portes de son pays à l’entité sioniste qui a fait de l’apartheid un sacerdoce et un mode de gouvernance. Pour l’anecdote, la société israélienne, que le Makhzen tente de présenter comme un modèle de tolérance et du vivre ensemble,  est traversée par des courants ségrégationnistes. La fracture entre les juifs ashkénazes et sépharades ou encore les juifs Falachas (ramenés de l’Ethiopie durant les années quatre-vingt) est évidente et semble mettre en difficulté les différents gouvernements, qu’ils soient de droite ou de l’extrême droite. Le roi du Maroc ne semble pas se soucier de la souveraineté de son pays. Par leur politique d’entrisme, les responsables israéliens sont en train de mettre pied, petit à petit, en Afrique du Nord. D’ici quelques années, le Maroc ne sera qu’une annexe du grand Israël pensé par Theodore Herzl,  le concepteur du mouvement sioniste au congrès de Bale en 1897 et qui avait annoncé que son rêve est de voir le grand Israël s’étendre des rives de l’Euphrate à l’Atlantique en Afrique du Nord, rien que ça. La tentation est grande chez les Israéliens et le roi du Maroc semble leur donner les moyens de réaliser ce rêve qui va à l’encontre du combat que mène la Nation arabe contre l’occupation des territoires palestiniens depuis 1948 et 1967.
Slimane B.