Real-Bayern

Ligue des champions d’Europe (tiragre au sort) : Bayern-Real et Liverpool- AS Rome en demi-finales

Le tirage au sort des demi-finales a eu lieu ce vendredi à Nyon. Le Bayern affrontera le tenant du titre, le Real Madrid. L’autre demi-finale opposera Liverpool à l’AS Rome. Les matches allers, à Munich et à Liverpool, auront lieu les 24 et 25 avril. Les matches retours, à Madrid et Rome, sont programmés les 1er et 2 mai.

Un choc aux airs de finale, un classique indémodable et une affiche entre deux outsiders, remake de la finale 1984. Le tirage au sort des demi-finales de la Ligue des champions a accouché de deux rencontres alléchantes. D’abord Bayern Munich – Real Madrid, avec un retour joué à Santiago Bernabeu le 1er ou le 2 mai. Un des deux immenses favoris restera sur le carreau. Liverpool affrontera l’AS Rome avec le match aller disputé à Anfield le 24 ou le 25 avril, 34 ans après la finale remportée par les Reds… à Rome.
Dix-sept trophées à eux deux, 24 confrontations directes : Bayern – Real est l’un des immenses classiques de la C1 entre deux habitués du dernier carré. Le rapport de force ne penche ni vers l’un ni vers l’autre. Entre un Bayern qui dévore tout depuis le retour de Jupp Heynckes à l’hiver dernier et un Real, double tenant du titre, et que rien ne semble pouvoir perturber en Ligue des champions, même une Juventus déchaînée, l’issue apparaît plus qu’incertaine. Même un coup d’œil dans le rétroviseur ne les départage pas puisque les deux clubs en sont à onze victoires chacun dans leurs confrontations directes.

Rome et Liverpool trouvent le temps long
Leur dernier duel avait accouché d’un quart de finale dantesque que le Bayern a sans doute en travers de la gorge. Le Real s’était imposé à l’aller en 2017 à Munich (1-2) mais les Bavarois avaient poussé les Merengues jusqu’en prolongation. Deux buts hors-jeu accordés à Ronaldo et une expulsion injustifiée de Vidal avaient fini par faire pencher la balance côté espagnol (4-2, a.p.). Un an après, Munich attend sa revanche.

L’AS Rome aussi attend la sienne. Mais rumine depuis bien plus longtemps : 34 ans pour être tout à fait précis. Ce soir du 30 mai 1984, la Louve, dans son stade, avait fini par plier face aux Reds de Ian Rush, Kenny Dalglish et d’un Bruce Grobbelaar intenable dans son but. Rome a laissé filer sa finale et n’a plus atteint de tels sommet depuis… cette année. Le clin d’œil est savoureux.
Les Italiens devront se méfier de leur ancien ange-gardien, Mohamed Salah. L’Egyptien, devenu méga-star en Premier League, sera le principal atout des Anglais. Liverpool, et ses cinq C1, doit aussi trouver le temps long. Les Reds n’ont plus connu de finale depuis 11 ans. Cette année, l’un des deux clubs va renouer le fil de son histoire.