Le pen

L’EXTRÈME DROITE SE DECHAÎNE CONTRE LES SUPPORTERS ALGÉRIENS : L’«algérophobie» a la peau dure en France

Les milieux de l’extrême droite française s’agitent à nouveau dans l’espoir de rebondir sur une scène politique, sur laquelle ils ont perdu et continuent encore à l’être, en terme de crédibilité. Et cette fois-ci, ils trouvent comme cibles les supporters algériens, qui ont célébré, par milliers, avant-hier, à travers plusieurs villes françaises, la victoire de l’équipe nationale de football contre le Nigéria, dans le cadre de la CAN-2019 en ÉEgypte.

Ce n’est ni une première et ni une surprise, venant notamment d’une campagne menée, tambour battant, par le Front national dirigé par Marine Le Pen qui, à coup de posts sur son compte twitter, tente de susciter une polémique qui s’avérera un coup d’épée dans l’eau. Le coup était parti jeudi dernier lorsque plusieurs centaines d’Algériens sont sortis, un peu partout en France, pour fêter l’autre victoire retentissante des Fennecs contre les Éléphants de la Côte-D’ivoire. Dans le feu de l’euphorie, un chauffard perd le contrôle de son véhicule, il tue une femme et cause des blessures graves pour son enfant d’un an.
Avant même que l’enquête ne détermineet l’origine et l’identité de l’auteur, la sulfureuse cheffe du FN tient pour responsable un supporter algérien. «Mort d’une mère de famille fauchée par un supporter algérien : voilà où mènent le laxisme d’État et l’inaction de C. Castaner (ministre de l’Intérieur français, ndlr). Dimanche prochain, un important dispositif policier doit prévenir tout débordement : il y va de la sécurité des Français!», s’est-elle déchainée, le lendemain de l’incident, sur son compte twitter.
Alors que la France s’apprête à célébrer le défile militaire du 14 Juillet à Paris, les milieux médiatiques hostiles à l’Algérie s’emparent de la polémique et prennent le relais pour s’attaquer aux supporters algériens, auxquels ils portent le chapeau de la mort d’une femme française lors du défilé de nos compatriotes à Montpellier. Et pourtant il s’est avéré que le chauffard en question n’était ni Algérien, ni encore moins un supporter qu’il soit, faisant partie de la foule qui, emportée par un sentiment de patriotisme, a célébré la victoire de leurs compatriotes à la CAN-2019.
Et comme ça ne suffisait pas encore à la patronne du FN, elle fait appel à l’un de ses élus les plus zélés, un certain Julien Odoul, pour s’attaquer à nouveau aux Algériens établis en France. «Je ne compte pas sur Castaner pour empêcher les débordements sur les Champs-Elysées. Je fais confiance aux 11 joueurs du Nigeria pour renvoyer les « supporters » algériens à la maison et arrêter cette compétition des violences et des dégradations», écrit-il, lui, à la veille du match remporté, avant-hier soir, par les Verts contre les Nigérians qui n’auraient pas apprécié, mêmes eux, les «encouragements» d’un politicard fanatique et obligé du FN.
Farid Guellil