Ecole5

Les promoitions aux grades à l’origine du mécontement : Les intendants et les conseillers d’orientation montent au créneau

La réaction de certains corps du secteur de l’Éducation nationale, à la suite de l’annonce des promotions aux grades et de la nouvelle grille des salaires, ne s’est pas faite attendre. C’est le cas des agents des services économiques et des conseillers d’orientation scolaire et professionnelle qui ont décidé d’entamer des actions de contestation. Outres les grèves, ils prévoient notamment de boycotter le travail administratif.

Pour les deux syndicats affiliés à l’UNPEF, Il s’agit à travers ces actions de contestations de dénoncer les injustices et la mise à l’écart des fonctionnaires des deux catégories crée par les récentes promotions aux grades. Ainsi les intendants projettent d’entamer un débrayage d’une semaine à compter du 23 jusqu’au 29 avril en cours, a-t-on fait savoir dans un communiqué à l’issue d’une réunion de l’assemblée générale nationale du syndicat organisée ce samedi. Aussi, les fonctionnaires des services économiques comptent boycotter plusieurs travaux à l’instar de leur participation à l’élaboration du budget 2018, le transfert des excédents financiers de 2017 au Trésor public, le boycott des visites d’inspection et de contrôle des ministères de l’Éducation et des Finances, le boycott de la gestion du livre scolaire, la participation aux réunions internes (conseils) et externes (études de formation) et entre autres la collecte des crédits à restituer au Trésor public. Pour ce qui est des conseillers de l’orientation scolaire et professionnelle ayant organisé une assemblée générale jeudi dernier au siège de l’UNPEF, il est question d’organiser une journée de grève le 24 avril prochain qui sera accompagnée de rassemblements devant les directions de l’éducation au niveau national. La commission qui représente ce corps de l’éducation a fait savoir que dans le cas ou le ministère ne donne aucune suite favorable à ses revendications, un rassemblement national dont la date et le lieu seront fixés ultérieurement sera envisageable. En outre, les conseillers de l’orientation ont décidé de ne pas prendre en charge les élèves des classes d’examens officiels, de boycotter toutes les études présentées par le ministère ou les directions de l’éducation, de geler l’activité du conseiller dans les cellules d’écoute dans les établissements secondaires ainsi que dans les comités d’orientation et de suivi des établissements du cycle moyen, et enfin de boycotter les conférences et les journées de formation organisées par la tutelle. À rappeler que le secrétaire général du syndicat des travailleurs de l’éducation et de la formation (SATAF), Boualem Amoura, avait mis en garde contre une éventuelle montée au créneau des catégories lésés et qui n’ont pas bénéficié de promotions alors qu’ils en sont prioritaires. Selon lui, le décret présidentiel 166/14 qui vient d’être mis en application parle de valorisation des diplômes DEA et des licences, alors qu’il a été constaté que les promotions ont même touché des directeurs et des inspecteurs, provoquant des injustices chez les enseignants. Amoura avait indiqué, à ce propos, que des enseignants du primaire ont été promus au même niveau que ceux du moyen qui eux sont restés dans leur grade. Aussi, le SG du SATEF avait affirmé que plusieurs fonctionnaires détenteurs de licences ou même de master n’avaient pas été promus à l’image des conseillers d’orientation scolaire et professionnelle. Ces derniers sont toujours classés dans la 12 après 28 ans de service.
Ania Nait Chalal-Nait Baha