affaires scolaire

LES PRIX DES FOURNITURES SCOLAIRES EN HAUSSE DE 20 À 40% : La facture salée du cartable

Face à une augmentation considérable des prix des fournitures scolaires allant jusqu’à 40%, les parents, qui se demandent comment pouvoir remplir les cartables de leurs enfants, n’ont pas fini d’être au bout de leur peine.
À la veille de la reprise de l’école prévue le 21 septembre prochain, l’achat des affaires scolaires a été entamé par nombreux parents notamment ceux qui sont à charge de plusieurs enfants scolarisés. Mais voilà ! Pour cette année encore, les parents d’élèves devront faire face à une hausse importante des prix des différents articles allant du cartable, à la trousse, jusqu’aux cahiers et aux stylos, sans compter la liste des livres dont la facture promet certainement d’être salée. Une hausse estimée entre 20% à 40%, ce qui peut alourdir le budget d’une famille à moyen revenu. Dans le détail, un cahier de 64 pages vaut 50 da, celui de 96 pages 60da, 120 pages à 70 da, alors que le cahier de 288 pages coute entre 130 da et 170 da. Pour ce qui est du cahier des travaux pratiques, ce dernier coute entre 100 da et 150 da, selon la qualité. S’agissant, d’autre part, des trousses scolaires, celles-ci coutent entre 300 et 700 da, les stylos de 20 à 60da, les crayons de couleurs entre 150 et 200 da. Du côté des cartables, là aussi ce n’est pas trop la joie pour les parents qui doivent puiser encore plus dans leur bourses pour les payer. En effet, le cartable d’un élève du cycle primaire peut couter jusqu’à 3500 DA, celui de l’élève scolarisé dans le moyen peut aller jusqu’à 4000 DA, alors que pour le secondaires, certains de ces articles sont proposés à pas moins de 9000 DA. Il est essentiel de rappeler, dans ce contexte, que le ministère de l’Éducation nationale avait adressé aux directions de l’éducation une circulaire dans laquelle les établissements scolaires des trois paliers éducatifs sont appelés à afficher les listes des fournitures scolaires nécessaires pour l’année scolaire 2021/2022, afin de permettre aux parents d’élèves de les acheter avant la rentrée des classes. Cependant, le MEN avait insisté sur la nécessité de rationnaliser l’acquisition de ses fournitures et prendre des dispositions permettant de réduire le poids du cartable.
A. N. Chalal