LES INDUS-OCCUPANTS DE LOGEMENTS AADL DANS LE VISEUR : Poursuites judiciaires contre les responsables d’infractions

L’État est décidément déterminé à débusquer les bénéficiaires  fraudeurs de l’AADL qui ont ou sont en voie de vendre où louer  leurs logements, alors que l’État poursuit ses efforts pour résoudre le problème du logement qui demeure, à ce jour, un casse-tête des algériens.  Dorénavant, gare à ceux et celles qui ont violé le contrat entre eux et l’AADL, ou,  à l’avenir, ceux qui  seront pris la main dans le sac ! L’État affirme  qu’il les poursuivra en justice, selon les déclarations du directeur de cette Agence, Saïd Rouba, aux médias nationaux.
Ce responsable  a indiqué que la direction de l’Agence nationale de l’amélioration et du développement du logement (AADL) a décidé   le maintien de l’interdiction de la vente et de la location des logements, en vigueur depuis le lancement de cette formule, en 2001.  Pour le directeur de l’AADL,  «il est interdit de vendre ou de louer son logement AADL!», en rappelant aux aventuriers  que les deux pratiques précitées sont «interdites», ce que  l’ensemble des bénéficiaires des logements AADL n’ignorent pas. En cas de  contrôles, notamment ceux  qui s’effectueront par un effet de surprise, et qui  « révéleront  l’implication de certains » dans la vente ou la location du logement dont ils ont été bénéficiaires, «ils seront poursuivis devant la justice, pour pratique commerciale frauduleuse et illégale» dans le secteur immobilier, notamment. Le directeur de l’AADL,  s’adressant à ceux qui se livrent à ce genre de business illégal, il leur dira que l’ensemble des  Agences AADL  ont reçu «des instructions fermes»  à ce sujet, et que nul ne sera à l’abri, en cas de violations de la règlementation.  Saïd Rouba a, sur un autre volet,   fait savoir que des logements AADL 1 «vont être distribués avant la fin du mois courant» outre que les souscripteurs du programme AADL 2,  s’impatientant, à raison du retard qu’ils jugent «injustifié», le responsable a annoncé le lancement,  fin décembre, de l’opération  «de retrait des ordres de versement de la  troisième et quatrième tranche de l’apport personnel du prix du logement». Une annonce qui est tombée à point pour rassurer les concernés qui craignaient davantage de  retard, dans ce processus  pour l’acquisition de logement (AADL : ndlr). Plus précis, il annonce, pas moins de 10 000  habitations  à distribuer,  à Alger avant la fin de  l’année en cours outre  les  dix milles logements  AADL2,   qui seront livrés le premier trimestre de l’année prochaine, toujours dans la Capitale  et 4100 autres, à l’ouest du pays, à  Oran.
 Mohamed Amrouni