Banque

Les banquiers attendent juste le signal des autorités : Plaidoyer pour une adaptation juridique de la finance islamique

Le Palais de la culture «Moufdi Zakaria» à Alger abritera, à partir d’aujourd’hui (le 24 octobre) jusqu’à demain, le 1er Symposium algérien de l’assurance et de la finance islamique (SAAFI 2018).
Organisé conjointement par le cabinet de Conseil (SAAFI), spécialisé dans la distribution et la conception des produits « Takaful » et de la finance islamique et l’Agence événementielle et de voyage « MED VOYAGES » et sous le patronage du Haut Conseil Islamique (HCI) , ce symposium constitue, selon, le président –fondateur du cabinet de conseil (SAAFI) , Ezzedine Ghlamallah un véritable carrefour des professionnels des secteurs bancaire et assurantiel, particulièrement dans son segment de la finance islamique.
Animant, hier, une conférence de presse au Palais de la culture à la veille du lancement de ce symposium, ce même responsable a fait savoir également que le (SAAFI 2018) se veut aussi une opportunité exceptionnelle d’expertise et de compétence au regard de la qualité de ses participants , nationaux et étrangers .
Par ailleurs, le conférencier indiquera que le symposium, qui durera, deux jours, portera, ainsi sur l’ensemble de l’expertise existante en finance islamique et assurance « Takaful ».
évoquant le rôle de la finance islamique en Algérie, Ghlamallah a affirmé que la finance islamique doit permettre de mieux financiariser la population algérienne pour plus de modernité.
Pour sa part, le P-dg d’Essalam Bank, Nasser Haïder a mis en avant l’importance de la finance islamique, estimant en revanche que cette finance est en train de se généraliser de plus en plus en Algérie.
L’interlocuteur ajoutera, dans un autre contexte, que le développement de la finance islamique nécessite une adaptation juridique : « De même, elle constitue une valeur ajoutée pour l’économie nationale », a-t-il affirmé, encore. Tout en évoquant, d’autre part, le rôle vital de l’intégration des produits de la finance islamique dans le système financier national.
à noter que le (SAAFI 2018) sera, aussi l’occasion privilégiée de rencontrer d’éminents experts de la finance , nationaux et internationaux, de renom, des institutionnels , des représentants de banques, compagnies d’assurance et établissements financiers, des jurisconsultes, ……ainsi que des responsables et spécialistes venant d’Algérie et d’autres pays comme : la Tunisie, la France, le Maroc, le Sénégal ,les émirats arabes unis et l’Arabie saoudite. « Ces derniers viendront témoigner de leurs expériences et de leurs compétences en la matière », estiment encore les organisateurs de ce symposium.
il se veut, aussi, selon la même source l’espace idéal de débats, d’échanges et de rapprochement des idées pour toutes les parties prenantes en vue de permettre la meilleure des visibilités et de maîtrise de ce nouveau challenge. De même, le symposium se présente aussi comme un espace de solutions en vue d’accompagner les pouvoirs publics et acteurs du secteur financier, dans leur tentative de mise en œuvre d’une finance islamique qui se trouve encore à ses balbutiements en Algérie.
Mehdi Isikioune