Éducation : Le dispositif de la remédiation pédagogique lancé

Selon la circulaire 247/002 destinée aux directeurs de l’éducation, aux inspecteurs de l’enseignement primaire et moyen ainsi qu’aux directeurs des CEM, la direction de l’enseignement fondamental du ministère de l’Éducation nationale, leur indique la mise en place d’un dispositif durable de remédiation pédagogique qui concerne « les élèves dont l’évaluation a révélé des difficultés d’acquisition des connaissances ou de méthodes » est-il précisé. La  remédiation pédagogique   concerne les élèves en difficultés en question, aussi  bien au cours de l’année scolaire que lors des examens de passage aux niveaux supérieurs,  entre les cycles, de  la 1ère et 2ème année primaire (AP) et 1ère année moyenne (AM), rapporte  l’APS, hier.   Le dispositif en question vise à permettre aux élèves «de poursuivre leurs apprentissages» est-il indiqué, «tout en résorbant l’échec et la déperdition scolaires» et ce à travers la mise en place du dispositif  précité, d’une manière durable, et qui sera placé sous la responsabilité du directeur de l’établissement. Ceci permettra en outre, de « remédier aux lacunes relevées chez les élèves, d’homogénéiser les profils d’accès aux niveaux concernés » précise la même source.  Parmi les mesures prises dans le cadre de la remédiation aux difficultés dont souffrent les élèves, figure l’élaboration d’un calendrier fixant les horaires de remédiation pédagogique, en dehors des heures de cours, à savoir, les mardi après-midi et samedi.
Et c’est dans ce cadre qu’il est rappelé, par la même occasion, «l’implication de toute la famille de l’Éducation et leurs partenaires»,  les enseignants, conseillers de guidance et d’orientation scolaires, représentants d’élèves et de parents d’élèves, notamment  à l’élaboration d’un plan d’action, pour mener à bien  leur mission, notamment en recourant à tous les moyens matériels et humains dont dispose l’établissement. La circulaire invite le personnel pédagogique, en premier lieu, «à identifier les difficultés» notamment  à travers l’analyse des résultats d’évaluation sommative ou par l’exploitation des tableaux des pré-acquis, pour les classes dites charnières.  Pour le ministère de tutelle, cette  mesure s’inscrit dans le cadre de «la réalisation de l’école de qualité et de l’application du principe d’équité aux enseignants», en application, est-il précisé, «de la circulaire-cadre portant mise en place d’un dispositif de remédiation et de suivi pédagogique des élèves» indique-t-on.  Pour rappel,  la ministre du  secteur, Mme Benghebrit avait affirmé, lundi passé,  dans la wilaya d’El Oued, que la circulaire-cadre en question était » la résultante d’un travail mené par des experts durant plus de quatre années»  et  qui a prouvé, a-t-elle souligné, «son impérieuse nécessité en vue de remédier au déficit relevé dans l’acquisition scientifique et pédagogique des élèves.».  Notant que la circulaire n’est pas obligatoire, mais le choix de son application revient aux professeurs, avait-elle soutenu. La ministre avait relevé que ses services avaient noté  que plusieurs enseignants avaient «effectué des séances de remédiation pédagogique» en vue d’améliorer l’acquisition scientifique des élèves. Côté des représentants  des syndicats du secteur, dans leurs réactions,  sur la teneur  de ladite  circulaire, ils  estiment que celle-ci «privera les professeurs du jour de repos du samedi et de la demi-journée libre du mardi.»
Karima B.