Monique Hervo

L’écrivaine Monique Hervo naturalisée algérienne

L’écrivaine française qui avait lutté aux côtés des Algériens pour leur indépendance, Monique Hervo, a été naturalisée algérienne, selon un décret présidentiel publié sur le dernier Journal officiel n.73. Le décret présidentiel signé le 5 décembre indique que Monique Hervo, née en 1929 à Paris, est naturalisée algérienne dans les conditions de l’article 11 de l’ordonnance n. 70-86 du 15 décembre 1970, modifiée et complétée, portant code de la nationalité algérienne. L’écrivaine, avec une équipe du Service civil international, une association qui réunit des objecteurs de conscience, s’était installée au bidonville de la Folie, à Nanterre, en 1959 pour connaître les conditions de vie de milliers d’Algériens. Ayant vécu de nombreuses années dans ce bidonville jusqu’à 1971, elle a été l’auteure de deux ouvrages à ce sujet : «Bidonvilles : l’enlisement», avec Marie-Ange Charras, La Découverte, Paris, 1971 et «Chroniques du bidonville : Nanterre en guerre d’Algérie, 1959-1962», éditions du Seuil, Paris, 2001. Le 17 octobre 1961, l’écrivaine engagée pour l’indépendance de l’Algérie a manifesté aux côtés des Algériens qui se sont soulevés, au cours d’une marche pacifique à Paris et sa banlieue, contre le couvre-feu imposé uniquement à eux, en réclamant l’indépendance de leur pays.
Les manifestants algériens avaient fait l’objet d’une sanglante répression de la part de la police parisienne qui a tué, blessé et jeté dans la Seine des milliers d’entre eux. «J’ai été pour l’indépendance de l’Algérie tout de suite», le rappelait-elle souvent. Après l’indépendance de l’Algérie, Monique Hervo est restée dans le bidonville de Nanterre pour livrer une autre lutte pour un logement décent en faveur des Algériens de Nanterre, Argenteuil, Gennevilliers et Ivry. Toutes ses archives sont déposées à l’Institut d’histoire du temps présent (Paris) ainsi qu’à la bibliothèque de documentation internationale contemporaine (Nanterre).

Dix narcotrafiquants arrêtés à Tlemcen et Béchar
Dix (10) narcotrafiquants en possession de 5,5 kilogrammes de kif traité ont été arrêtés jeudi par des détachements combinés de l’Armée nationale populaire à Tlemcen et Béchar, tandis que 4,9 tonnes de denrées alimentaires et 13973 unités de différentes boissons ont été saisies à El-Oued et Biskra, indique vendredi un communiqué du ministère de la Défense nationale. «Dans le cadre de la lutte contre la contrebande et la criminalité organisée, des détachements combinés de l’Armée nationale populaire ont arrêté, le 27 décembre 2018 à Tlemcen/2eRM et Béchar/3eRM, dix (10) narcotrafiquants en possession de 5,5 kilogrammes de kif traité, tandis que 4,9 tonnes de denrées alimentaires et 13973 unités de différentes boissons ont été saisies à El-Oued et Biskra/4eRM», note la même source. Dans le même contexte, un détachement de l’ANP a saisi, à Tamanrasset/6eRM, «trois (03) orpailleurs à bord d’un véhicule tout-terrain chargé de cinq (05) sacs de mélange de pierres et d’or brut, alors que des éléments de la Gendarmerie nationale et des Garde-frontières ont déjoué des tentatives de contrebande de 12100 litres de carburant à Souk-Ahras, Tébessa et El-Taref/5e RM». Par ailleurs, des Garde-côtes «ont mis en échec, à Annaba/5eRM, Ain Témouchent et Oran/2eRM, des tentatives d’émigration clandestine de 83 personnes à bord d’embarcations de construction artisanale, tandis que 15 immigrants clandestins de différentes nationalités ont été interceptés à In-Salah/6eRM», ajoute le communiqué.

Les Galapagos interdisent les feux d’artifice du Nouvel an pour protéger les animaux
Les Galapagos, archipel qui regroupe une faune unique au monde, ont interdit les feux d’artifice du Nouvel An pour protéger ses animaux, ont annoncé vendredi les autorités.
Une résolution «qui interdit l’entrée, le commerce, la distribution et l’usage des feux d’artifice ou pyrotechniques» sur les îles a été approuvée «à l’unanimité», indique un communiqué du gouvernement local. Dans des «écosystèmes aussi sensibles que celui des îles Galapagos, sa faune unique au monde se voit affectée» par les feux d’artifice, a ajouté l’organisme. Les animaux souffrent de tachycardie, de stress et d’anxiété, ce qui perturbe «sensiblement» leur comportement et donc leur survie, selon les autorités.
Lorena Tapia, présidente du gouvernement local des Galapagos, estime qu’il s’agit d’une décision «historique».
«C’est un cadeau pour l’Equateur et le monde en faveur de la conservation» des espèces, a-t-elle écrit sur Twitter. Les feux d’artifices qui produisent de la lumière sans faire de bruit restent autorisés. Les Galapagos, îles équatoriennes situées à un millier de kilomètres de côtes, sont célèbres pour leurs tortues géantes, leurs manchots et d’innombrables autres espèces n’existant pas ailleurs. Un parc national, créé en 1959, protège 97% de la superficie des îles, et une réserve marine de 138 000 km² a également été créée autour des îles, déclarées site du patrimoine mondial par l’Unesco en 1978. Et toute pêche est interdite dans un sanctuaire de 38 000 km² entre des îles, qui comptent notamment la plus grande concentration de requins au monde.

Ooredoo, partenaire du 2ème Championnat d’Algérie de Karting des journalistes
Ooredoo poursuit son soutien aux initiatives citoyennes et participe en tant que Partenaire, à la 2ème édition du Championnat d’Algérie de Karting des journalistes, placé sous le slogan : «Savoir conduire… Savoir vivre» et qui s’est tenue le samedi 29 décembre au Centre sportif et de loisirs Megakart de Chéraga à Alger.
Organisé sous le haut patronage du ministère de la Jeunesse et des Sports, ce deuxième Championnat d’Algérie de Karting des journalistes a réuni une trentaine de professionnels des médias représentant plusieurs supports (Radio, Télévision, Presse écrite et électronique).
Cette compétition sportive a été, en outre, l’occasion de sensibiliser sur la prévention routière et de souligner le rôle des médias dans la lutte contre les accidents de la circulation. À travers sa participation à cet évènement citoyen, Ooredoo confirme sa dimension sociétale et son engagement inconditionnel dans le soutien aux initiatives d’intérêt général.

Le réchauffement climatique a un fort impact sur le territoire des espèces animales
Le réchauffement climatique a un fort impact sur le territoire de certaines espèces animales, révèle un nouveau rapport publié par le Fonds mondial pour la nature (WWF) qui dresse le bilan des animaux, gagnants et perdants en 2018». « 2018 a été une piètre année pour le règne animal, même si certaines espèces ont pu élargir leurs habitats en raison du réchauffement climatique, à l’image du guêpier d’Europe, d’autres, comme le hareng de la Baltique ou le harfang des neiges, voient leur territoire rétrécir pour les mêmes raisons», explique le WWF, basé en Suisse. Selon le même rapport, «le hareng de la Baltique est au nombre des grands perdants de l’année 2018» ajoutant qu « alors qu’il fut un temps où sa population semblait inépuisable, ses effectifs se sont mis à faiblir ces dix dernières années ,de nombreux poissons connaissent un destin similaire: surpêches, leurs populations sont épuisées ou victimes du dérèglement climatique».
Le WWF a fait savoir également que «l’orang-outan de Tapanuli fait également partie des moins chanceux, à peine découvert, le voilà déjà sévèrement menacé» .