Zebdi

Le vœu pieux de l’APOCE

Le président de l’Association algérienne de protection et d’orientation du consommateur et de son environnement (APOCE) Mustapha Zebdi, a affirmé, lors de son passage à la Radio chaîne 1, que le prix réel du masque ne devrait pas excéder 15 dinars. M. Zebdi a jugé le prix du masque plafonné à 40 dinars par le ministère de la Santé, «élevé», soulignant la nécessité de commercialiser les masques dans les pharmacies pour garantir leur qualité. À cet égard, il a précisé que son association exigeait formellement le port obligatoire du masque pour tous les citoyens, selon le même média. Hélas, il ne s’agit là que d’un vœu pieux puisque le prix des masques chez les pharmaciens oscillent entre 50 et 100 DA l’unité alors que même les pouvoirs publics en avaient plafonné la vente à une quarantaine de dinars seulement.

Un passage piéton en 3D à Skikda
L’association nationale de prévention et de culture routière en coordination avec l’association des jeunes algériens ont lancé à Skikda une initiative de doter plusieurs routes de passages piétons en trois dimensions, comme première du genre dans la wilaya. Mise en place pour un début à la cité des allées de Skikda, cette initiative qui s’inscrit dans le cadre des efforts déployés pour réduire le nombre d’accidents de la route et lutter contre l’excès de vitesse, vise à apprendre aux enfants de traverser la chaussée dans les passages piétons d’une part, et d’autre part rappeler aux conducteurs l’impératif de respecter la priorité aux piétons.

La FAF au secours de l’ « Entente »
La Fédération internationale de football (Fifa) n’aura pas à s’impliquer directement dans l’affaire de l’enregistrement sonore qui aurait impliqué le directeur général de l’ES Sétif et le manager de joueurs Nassim Saâdaoui pour le marchandage de matchs, a indiqué hier la Fédération algérienne (FAF) sur son site officiel. « La Fifa n’aura pas à s’impliquer directement car il s’agit d’une affaire interne qui devra être traitée par les instances et les juridictions algériennes. Les commissions juridictionnelles dépendant de la FAF et de la LFP et devant traiter cette affaire, auront à s’appuyer sur leurs propres règlements et code disciplinaire », a indiqué la FAF dans un communiqué.
Cette façon d’exclure les instances internationales du traitement de ce retentissant scandale, peut signifier que d’aucuns cherchent à étouffer cette affaire, auquel cas, ce serait une aubaine inespérée pour l’ « Entente » et son président.

Les confidences de Rachida Dati
Sous la pression familiale et sociale, Rachida Dati s’est mariée en 1992, à 25 ans, avec un homme qu’elle avait rencontré trois semaines auparavant. L’ancienne ministre et actuelle candidate à la mairie de Paris s’est confiée le 24 mai à ce sujet sur le plateau de l’émission Il n’y a pas qu’une vie dans la vie sur Europe 1. «Le mariage, c’était pas moi. Mes sœurs se sont toutes mariées jeunes, conditionnées par le fait que c’est bien de se marier et de faire des enfants», explique-t-elle, soulignant qu’elle s’est sentie obligée de se conformer à la tradition, bien que ses parents ne lui aient jamais imposé de compagnon.
«Ce n’était pas une contrainte de la part de mon père, il ne l’a pas choisi, ne me l’a pas imposé, mais il y avait une pression culturelle». Rachida Dati n’aime pas son futur mari, «un Algérien», comme elle le décrit sèchement. Le jour du mariage, le 14 novembre 1992, Rachida Dati est en larmes «sous Lexomil» sur les marches qui mènent à l’autel.
Mais dès le lendemain, elle demande l’annulation du mariage. «La justice n’a pas voulu, d’abord parce que lui ne voulait pas divorcer. Je voulais une annulation, je voulais effacer cette page y compris sur mon acte de naissance», poursuit-elle. Sic !

Des chasseurs vénézuéliens escortent un tanker iranien
Une vidéo a été publiée sur le compte Twitter Conflicts News Worldwide. Elle montre quatre avions, des Su-30 et F-16, en train de survoler le navire-citerne. La marine du pays a également accompagné le pétrolier. Cinq navires prévus pour le Venezuela
Depuis un peu plus de deux mois, une grave pénurie sévit dans tout le pays, au moment même où le Venezuela est soumis à un confinement quasi total censé juguler la propagation du coronavirus. Le 24 mai, le tanker iranien Fortune, premier des cinq navires prévus (Clavel, Forest, Faxon, Fortune et Petunia), est arrivé dans le pays, pour apaiser cette pénurie d’essence. Les navires «apportent des combustibles, des additifs, des pièces de rechange et d’autres équipements destinés à redresser notre capacité de raffinage et notre production pétrolière», a déclaré Tareck El Aissami, le ministre du Pétrole de Nicolas Maduro.

Mis aux poings
« Au départ, j’avais des doutes sur la chloroquine », Didier Raoult, professeur en médecines, particulièrement controversé.
Donc, les gens à qui il avait inoculé ce produit au début lui avaient bel et bien servi de rats de laboratoires.

« La paix est une condition préalable au développement de l’Afrique », Muhammadu Buhari, président nigérian.
Élémentaire.

« La Chine continuera à soutenir ses frères et ses sœurs africains », Zhang Jun, ambassadeur de Chine aux Nations unies.
Belle leçon d’humanisme et de solidarité pour l’Occident.