CHU d'Oran

LE SERVICE  PNEUMOLOGIE DE L’EHU NE COMPTE PLUS AUCUN MALADE : La pandémie en pleine décrue à Oran

En passant, jeudi dernier, sous la barre des 15 cas, la courbe du nombre de malades atteints de coronavirus est en décrue, a-t-on appris de sources sûres.  Cette diminution observée dans la wilaya a permis de réduire la pression exercée sur les structures hospitalières abritant des centres anti Covid-19.  Dans une déclaration, le Pr Lellou Salah, chef de service de pneumologie de l’EHU 1er-Novembre, a confirmé cette tendance baissière en affirmant : «nous sommes dans une phase de décrue pourvu qu’il n’y ait pas de rebond de la pandémie et que les gestes barrières et les mesures de prévention soient respectés.
Cela nous laisse prévoir que notre établissement va reprendre,  dès la semaine prochaine,  son activité normale. La dernière patiente atteinte de Covid-19, prise en charge au niveau du service de pneumologie a quitté le service jeudi à 18h00 », a-t-il souligné. Il n’a pas manqué par ailleurs de rappeler que le service de pneumologie, de l’EHU 1er-Novembre, a été l’un des premiers, à l’échelle nationale à faire face à cette maladie. « Le premier patient suspecté de Covid-19 a été admis le 10 février 2020 au service pneumo de notre
établissement hospitalier.  Dans notre service nous avons eu à traiter, depuis le début de la pandémie, 265 patients atteints à des degrés divers. Nous avons eu à déplorer malheureusement quatre décès.
Bien qu’on ait eu bizarrement, en janvier, une série de patients admis dans le service en détresse respiratoire, on ne les avait pas soumis au test PCR en raison de son indisponibilité à cette époque. Pour nous, la Covid-19 ne nous concernait pas et c’était une affaire purement chinoise.  Il ne faut pas oublier qu’il y a une forte communauté chinoise qui vit à Oran et les frontières n’étaient pas encore fermées, cela mérite de faire l’objet d’une étude dans ce sens », a-t-il souligné.  Le Pr Lellou s’est par ailleurs réjoui du fait que depuis plus d’une semaine l’EHU 1er-Novembre ne reçoit plus de patients nécessitants une hospitalisation.  « Les patients, vu leur
nombre réduit et  leur état de santé de moindre gravité, sont désormais orientés vers l’hôpital Chetaibo dédié à la prise en charge de la  Covid-19», a-t-il précisé tout en insistant sur la nécessité du respect des gestes barrières, « pour ne pas revivre le cauchemar».
Pour rappel, le premier cas de coronavirus a été confirmé à Oran le 18 mars par les services de la santé. Le non-respect des mesures préventives, notamment la distanciation sociale, le port de la bavette,
l’hygiène des mains et le respect du confinement sont les facteurs qui ont favorisé la propagation de la maladie dans la wilaya qui a recensé près de 3.600 cas confirmés de Covid-19.  Il convient de rappeler qu’au début de juillet, les services de la santé de la wilaya  avaient mobilisé 13 établissements de santé de proximité pour assurer les consultations de la  Covid-19, en plus des 5 Etablissements hospitaliers. Les services concernés ont également mis à la disposition des citoyens rapatriés de l’étranger, six établissements hôteliers totalisant une capacité d’accueil de 840 lits pour le confinement sanitaire.
S. Ben