vaccinp4

LE PR RAHAL AFFIRME QUE L’ALGÉRIE EST PRêTE POUR LA CAMPAGNE DE VACCINATION : L’arrivée du vaccin attendue « fin janvier »

Invité au Forum du journal « Echaâb » pour faire le point sur les préparatifs à l’approche du début de la campagne de vaccination contre la Covid-19, le Pr Lyès Rahal, directeur général des services de santé au ministère de la Santé, a assuré que la stratégie de vaccination a été déjà établie début août dernier par le Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie de coronavirus.

«Déjà à cette date, le Comité a retenu dix (10) vaccins ; qui étaient alors en 3ème phase ; soit en essai clinique. Ces antidotes ont été sélectionnés sur la base de l’efficacité, la sécurité, et selon la logistique, dont dispose le pays », a expliqué l’hôte du Forum. L’intervenant a précisé que même si l’Algérie a jeté son dévolu sur trois vaccins, à savoir : les vaccins russe, chinois et suédo-britannique, le pays a toujours l’œil sur les autres molécules contenues dans la liste des dix car, ajoute-t-il encore, aucun laboratoire au monde ne peut fournir, seul, des quantités suffisantes pour une épidémie mondiale qui a touché près de 100 millions de personnes à l’échelle mondiale, d’où la nécessité de diversifier ses fournisseurs, le plus large possible.
S’agissant de la campagne de vaccination qui devrait intervenir fin janvier en cours, et la capacité des structures sanitaires et en personnel médial à s’acquitter de leurs tâches pour assurer une meilleure opération, le prof Rahal se veut rassurant à ce sujet. « Nous avons une expérience longue de plusieurs années dans ce domaine. Une expérience qui remonte aux fins des années soixante, et nous avons réussi à éradiquer plusieurs maladies après vaccination », a rassuré le Professeur lors de son intervention. Pour la vaccination contre la Covid-19, il a rappelé que le pays dispose de 1747 centres de soins de proximité ; plus de 6000 centre de soins ; 16 centres hospitalo-universitaires (CHU) à travers tout le territoire national ; en plus de 170 unités ambulantes pour les besoins de la vaccination et, qui sont tous prêts pour recevoir le vaccin anti-covid-19. « Nous sommes donc prêts pour entamer la campagne de vaccination », a-t-il dit tout confiant, faisant savoir également que le personnel en charge de cette opération (paramédicaux ou autres) seront formés, et les personnes inoculées, assistées et mises sous surveillances par des unités de différentes spécialités pour parer à toute éventualité.
Questionné sur la date exacte de l’arrivée du vaccin et si le pays n’est ou pas en retard par rapport aux pays, l’invité du journal a tenu à rapporter un détail important.
« À aucun moment le Comité scientifique ou le département de la Santé n’a annoncé une date exacte de la réception du vaccin. Ce qui a été dit c’est que ça doit intervenir fin janvier, et nous ne sommes pas encore là pour parler de retard », a-t-il rétorqué à la question de la journaliste.

« Nous ne sommes pas en retard »
Et de poursuivre : « Aucun pays africain n’a reçu son quota de vaccin pour le moment, hormis un seul (sans le citer) qui a réceptionné une quantité très en dessous de celle demandée. Pour dire que nous ne sommes pas en retard ». Il a, par ailleurs, fait savoir que contrairement à ce qui se dit ça et là, le secteur de la Santé n’a jamais gelé les prestations des autres services pour ne se consacrer que sur la Covid-19, assurant que ceux servant les femmes enceintes, les malades chroniques ou assurant la prise en charge des enfants malades avaient continué à fonctionner normalement. « Les services prenant en charge des maladies ou qui constituent des cas d’urgences, tels que les cancers, les femmes enceintes, les enfants malades, entre autres, ont toujours fonctionné de façon ininterrompue tout au long de cette pandémie et les seuls lits extraits, ce qui est d’ailleurs rare, concernent ceux des femmes enceintes car elles avaient contracté le virus. Elles étaient donc juste déplacées pour être soignées du virus », a expliqué l’intervenant comme pour mettre un terme à tout ce qui a été dit sur cette question. Également invité du Forum, le Pr Ryad Mahiaoui, membre du Comité scientifique, s’est tout d’abord félicité de l’arrivée du vaccin tant attendu contre la Covid-19 qui, a-t-il rappelé, a contaminé 98 millions de personnes à travers le monde et, qui causé plus de 2 millions de décès, sans compter ses conséquences sur les économies mondiales et la vie sociale des gens.

8 000 sites dédiés à la vaccination réquisitionnés
Revenant sur le cas de l’Algérie, il a affirmé que les services en charge de la pandémie ont examiné et classifié tous les vaccins développés, commercialisés ou encore en phase trois d’essai clinique, sur la base des critères de la disponibilité, efficacité/sécurité et les moyens de conservation propre à chaque pays, avant de rassurer que le pays dispose d’une grande expérience en la matière pour faire réussir l’opération sans couac.
Il a rappelé, dans ce registre, que l’Algérie a réquisitionné 8000 sites dédiés à la vaccination contre la Covid-19, précisant que les personnes âgées et vulnérables, tous les employés du secteur médical, sans exception, et les services de sécurité seront prioritaires dans cette opération. « C’est une opération qui va se dérouler simultanément  c’est-à-dire les catégories déjà citées recevront le vaccin au même moment », a-t-il tenu à expliquer.
Évoquant les biens faits de la vaccination, l’intervenant, a souligné que la personne vaccinée est protégée des grands dangers de la Covid-19 et des formes graves ou sévères qui sont souvent mortelles d’où l’importance de se faire vacciner même si cette décision relève d’un choix personnel et nullement obligatoire. S’agissant du variant (sorte de nouvelle source) apparu en Angleterre, l’Afrique de Sud, et au Brésil sous formes différentes, le prof Mehyaoui, a appelé à plus de vigilance et de contrôle à nos frontières ; notamment après l’apparition de certains cas dans les pays voisins.
Brahim Oubellil