Tebboune-Conte

LE PDT DU CONSEIL ITALIEN, À ALGER, SUR LA CRISE LIBYENNE : «Coordonner les positions des deux pays au plan international»

À deux jours de la Conférence de Berlin sur la crise et le conflit en Libye, le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, s’est rendu jeudi dernier à Alger, où il a été reçu par le président de la République, ainsi que par son homologue algérien Abdelaziz Djerad. C’est à la veille du Sommet de Berlin sur la Libye qu’Alger et Rome ont convenu, jeudi dernier, de redoubler d’efforts et de renforcer la coordination et la concertation concernant la situation en Libye pour pérenniser le cessez-le-feu, condition pour lancer tout processus politique pour le règlement pacifique de la crise libyenne. La rencontre entre les responsables algériens et italiens, notamment celle qui a réuni le président de la République avec le Premier ministre, italien Giuseppe Conte, vise à coordonner les efforts en vue de faciliter «les voies de reprise du dialogue entre les parties en conflit et de relancer le processus de paix, loin de toute ingérence militaire étrangère», a indiqué un communiqué de la présidence de la République. Lors des entretiens entre le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune et le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, les deux parties ont convenu, concernant le dossier libyen, « d’intensifier les efforts et de renforcer la coordination et la concertation pour pérenniser le cessez-le-feu en vigueur » en vue de faciliter les voies de reprise du dialogue entre les parties en conflit et « relancer le processus de paix parrainé par l’ONU, en vue de préserver l’intégrité territoriale, la souveraineté de la Libye et l’unité de son peuple, loin de toute ingérence militaire étrangère » . Se disant convaincues de l’inefficacité des solutions militaires aussi longtemps que durera la crise, Alger et Rome ont exprimé leur « attachement à la solution politique comme unique voie pour le règlement de la crise », convenant à cette occasion de « coordonner les positions des deux pays au plan international », en prévision, notamment de la Conférence de Berlin, sur la crise libyenne, demain. La visite du responsable italien intervient à une semaine après celle effectuée à Alger par le chef de la diplomatie italienne Luigi Di Maio. «Cette visite, qui s’inscrit dans la dynamique des efforts de la communauté internationale pour circonscrire le conflit en Libye et lui apporter une solution durable, permettra aux responsables des deux pays de poursuivre et d’approfondir leur concertation sur la crise libyenne mais aussi sur les questions régionales et internationales d’intérêt commun», affirme le communiqué. Par ailleurs, le ministère souligne que «la diplomatie algérienne est particulièrement engagée sur la question libyenne et qu’elle mène depuis plusieurs semaines des efforts intenses en vue de créer les conditions propices à une relance effective du dialogue inter-libyen et à l’initiative de paix des Nations unies». «Ces mêmes efforts ont d’ailleurs contribué au cessez-le-feu observé sur le terrain», ajoute la même source.
Karima B.