Sit in

LE MAIRE A VU SA CANDIDATURE AUX SéNATORIALES REJETÉE : Colère et révolte des citoyens à Si Mustapha (Boumerdès)

Des scènes de violences ont éclaté hier au niveau de la localité de Si Mustapha à une vingtaine de kilomètres à l’est de Boumerdès entre les éléments de la gendarmerie et les citoyens venus nombreux soutenir leur président d’APC, Boubekeur Bouzid élu sur la liste TAJ, lequel a fait l’objet de rejet de sa candidature aux sénatoriales.

La protestation qui a débuté mercredi devant l’APC, s’est propagée à la RN 12, ce jeudi ou les manifestants ont bloqué la circulation dans les deux sens. Et c’est au moment ou les gendarmes sont intervenus pour dégager la circulation que des affrontements ont éclaté entre les manifestants qui lançaient des pierres et les gendarmes des bombes lacrymogènes. Cet état de fait a créé un climat d’émeutes dans la ville et sur la RN 12  qui est restée paralysée toute la journée, des automobilistes étaient bloqués pendant des heures alors que d’autres étaient contraints de faire de longs détours pour rejoindre leur destination alors que des dizaines de blessés ont été enregistrés lors des affrontements.  Tout est parti lorsque le maire de Si Mustapha   Bouzid Boubekeur   qui a annoncé sa démission à travers un site électronique a suscité la colère des citoyens qui se sont rassemblés devant le siège de l’APC pour connaitre les raisons. Le maire n’est pas allé par trente-six chemins pour dénoncer la main de l’administration qui a usé de pression sur la commission de recours pour rejeter sa candidature, raison pour laquelle il a démissionné a-t-il expliqué aux nombreux citoyens venus lui apporter leur soutien.  « L’administration a usé de tous les subterfuges pour rejeter ma candidature alors que je remplis toutes les conditions réglementaires, dénonce-t-il en accusant le wali et le chef de sureté de wilaya. « Samedi dernier le wali m’a conseillé de ne pas me présenter en me   recommandant d’intégrer le FLN pour une éventuelle candidature la prochaine fois », révélera-t-il en ajoutant que ce dernier l’a saisi pour attribuer une assiette de terrain à un investisseur.  Concernant le chef de sûreté de wilaya, il précisera qu’il avait un problème personnel avec lui depuis 2008 en ajoutant qu’il a refusé d’attribuer un terrain pour la réalisation d’un célibatorium au niveau de la ville. Le rejet de sa candidature aux sénatoriales est la goutte qui a fait déborder le vase puisque le maire ne veut pas revenir sur sa décision de démission malgré l’insistance des citoyens. « Je ne peux revenir sur ma décision que si ma candidature aux sénatoriales est acceptée », conditionne-t-il en précisant que cela y va de son honneur et de sa dignité.  Les déclarations du président d’APC n’ont pas laissé les citoyens indifférents puisqu’un élan de soutien s’est rapidement constitué pour réclamer sa réhabilitation dans ses droits de postuler aux élections sénatoriales.  Tous les élus de l’APC ont exprimé leur soutien au président de l’APC en réclamant sa réhabilitation dans ses droits .Des actions de protestations ont été initiées depuis, ou de nombreux manifestants en majorité des jeunes ont fermé avant-hier la RN 12 à la rentrée ouest de la ville paralysant ainsi la circulation dans les deux sens. Ils ont usé de pierres, de troncs d’arbres, de pneus brûlés  ainsi que d’objets hétéroclites. D’énormes embouteillages se sont rapidement constitués en contraignant les automobilistes à faire de longs détours pour rejoindre leur destination. Des échauffourées ont éclaté entre les manifestants et les forces anti émeutes de la gendarmerie venues intervenir pour libérer la circulation. Jusqu’à hier dans la soirée, la situation était  restée la même et il a fallu une grande mobilisation de moyens pour rétablir l’ordre.
B. Khider