noyé

Le corps d’un noyé repêché sur une plage interdite à la baignade à Bou Ismaïl

Les services de la protection civile de Bou Ismaïl (Tipasa) ont repêché hier samedi, le corps sans vie d’une personne noyée au niveau d’une plage interdite à la
baignade, portant à 17 le nombre de morts par noyade dans la wilaya depuis le 1er juin dernier, a-t-on appris dimanche auprès de la direction locale de ce corps constitué. Selon la même source, les éléments de l’unité secondaire de la protection civile de Bou Ismaïl ont repêché, samedi après-midi, le corps d’une personne de sexe masculin, morte noyée à la plage interdite à la baignade « La Payotte », du front de mer de Bou Ismaïl et l’a transféré à la polyclinique de la même ville. Par ailleurs, l’unité de protection civile de l’Oued El Bellaa, soutenue par l’unité marine de Cherchell, est intervenue à son tour, le 25 du mois courant, pour rechercher un disparu en mer, au lieu dit « zone rocheuse de l’Oued El-Bellaâ », a ajouté la même source. Suite à cette intervention, la dépouille du disparu, un garçon de dix ans mort noyé, a été repêchée et déposée à la morgue de l’hôpital de Sidi Ghiles, a-t-on indiqué. La semaine passée, les services de la protection civile de Tipasa avaient fait part, à l’APS, de la mort par noyade de 15 personnes depuis le 1er juin dernier, dont une majorité s’est noyée sur les plages interdites à la baignade et avant l’ouverture officielle de la saison estivale, le premier juillet écoulé. Avec ces deux dernières victimes, le nombre des décès par noyade est porté à 17, au niveau de la wilaya. Pour éviter ce type d’accidents, les services de la protection civile ont lancé un appel aux citoyens à fréquenter les plages autorisées à la baignade et à éviter les plages non surveillées et les zones rocheuses, tout en respectant le protocole sanitaire préventif contre la propagation de la Covid-19.

Deux décès et 216 blessés sur les routes en 24 heures
Deux (02) personnes sont décédées et 216 autres blessées dans des accidents de la circulation survenus durant ces dernières 24 heures à travers plusieurs wilayas du pays, indique dimanche un communiqué de la Protection civile. La même source ajoute que durant la même période, les plongeurs de la Protection civile sont intervenus pour 02 cas de décès par noyade dans les wilayas de Tipaza et de Tizi Ouzou. Pour ce qui est de la première victime, précise le communiqué, il s’agit d’un homme âgé de 50 ans. Quant à la seconde victime de la noyade, c’est un adolescent âgé de 17 ans qui a été repêché par la Protection civile du fond d’un barrage dans la commune de Drâa El-Mizane, selon la même source. Ainsi, les plongeurs de la Protection civile de la wilaya de Mostaganem, sont intervenus durant la même période pour le repêchage puis l’évacuation vers la morgue de l’hôpital de la même ville la dépouille d’un homme âgé de 31 ans, décédé suite à une collision entre 02 Jet Ski en mer à 50 mètres de la zone de baignade de la plage Sablettes Ouest, relevant de la commune de Mezghrane, note le même communiqué. Dans le cadre de la lutte contre les incendies de forêts et de récoltes, la Protection civile a procédé, durant ces dernières 24 heures, à l’extinction de 18 incendies à travers plusieurs wilayas, souligne la même source. Ces incendies ont ravagés, ajoute le communiqué, 20.5 ha du couvert végétal dont 8 ha de foret, 4.5 ha de maquis, 08 ha de broussailles, ainsi 1650 bottes de foin et 178 arbres fruitiers, soulignant que l’intervention « rapide et massive » des secours a permis de restreindre ces incendies et d’ empêcher la propagation du feu vers le reste du couvert végétal. Quant aux activités de lutte contre la propagation du coronavirus Covid-19, les unités de la Protection civile ont effectué, durant la même période, 34 opérations de sensibilisation à travers le territoire national, rappelant aux citoyens la nécessité du port du masque, respect de confinement ainsi que les règles de la distanciation physique, note le communiqué de la Protection civile. Les mêmes unités ont aussi effectué 44 opérations de désinfections générales à travers le territoire national, note le même communiqué, indiquant que ces opérations ont touché l’ensemble des infrastructures et édifices publiques et privés, quartiers et ruelles.

Quelque 130 migrants clandestins secourus au large des côtes libyennes
Environ 130 migrants illégaux avaient été secourus et renvoyés en Libye, a indiqué le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). « Quelque 130 personnes ont été secourues de deux bateaux qui ont chaviré en mer et ont été ramenées ce soir à Tripoli », a affirmé samedi le HCR. « Quatre personnes ont été portées disparues. Le HCR et la Croix-Rouge internationale ont fourni une assistance médicale, de la nourriture et de l’eau à tous les survivants. La plupart d’entre eux souffrent de brûlures, de déshydratation et d’une grande fatigue », a indiqué le HCR. Les migrants secourus se retrouvent à l’intérieur de centres d’accueil à travers la Libye. Jusqu’à présent en 2021, plus de 22 000 migrants clandestins, dont des femmes et des enfants, ont été secourus, tandis que des centaines d’autres sont morts ou ont été portés disparus au large des côtes libyennes sur la route de la Méditerranée centrale, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

DGSN : installation du nouveau chef de Sûreté de la wilaya de Batna
Le Commissaire principal de police, Boudina Ahcène, a été installé, dimanche, dans ses nouvelles fonctions de chef de Sûreté de la wilaya de Batna, indique un communiqué de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN). « La cérémonie d’installation a été présidée par le directeur des Services techniques qui représentait le Directeur général de la Sûreté nationale. Elle s’est déroulée en présence du wali de Batna, des membres de la commission de sécurité et des autorités locales civiles et judiciaires », précise le communiqué.

Arrestation de deux narcotrafiquants à Illizi
Deux (2) narcotrafiquants, âgés de 27 ans et 29 ans, ont été arrêtés par les services de la police judiciaire (PJ) relevant de la Sûreté de la wilaya d’Illizi, en détention d’une quantité de drogue et de psychotropes destinée à la commercialisation, a-t-on appris dimanche auprès de ce corps de sécurité. Agissant sur informations faisant état de la commercialisation de drogue et de produits hallucinogènes par les dealers au niveau des quartiers de la ville d’Illizi, les mêmes services ont, après avoir dressé une souricière, arrêtés les mis en cause en détention d’une quantité de 103,5 grammes de kif traité et 251 comprimés de psychotropes, a-t-on indiqué. Présentés devant le tribunal d’Illizi pour détention illégale de drogue et de psychotropes à des fins de commercialisation, un des mis en cause a écopé de sept ans de prison ferme, tandis que son acolyte a été mis en détention, selon la même source sécuritaire.

Le nouveau wali de Nâama installé dans ses fonctions
Le nouveau wali de Nâama, Derradji Bouziane, a été installé hier dans ses fonctions, suite au mouvement partiel décidé récemment par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune. La cérémonie de prise de fonction et de passation des consignes entre le nouveau wali et son prédécesseur, Idir Medbeb, démis de ses fonctions, a eu lieu à la salle de réunion du siège de la wilaya, en présence des autorités civiles, militaires et judiciaires, ainsi que des élus locaux. Derradji Bouziane a occupé plusieurs fonctions dans l’appareil exécutif de l’État, dont la plus récente est wali délégué de la circonscription administrative de Bab El-Oued, dans la wilaya d’Alger. Dans une allocution à l’occasion, Derradji Bouziane a souligné que la wilaya de Nâama connait une importante dynamique de développement et sa nomination comme wali intervient pour lui donner un nouveau souffle. De leur côté, des élus locaux ont souhaité que le nouveau responsable de l’exécutif local oeuvre à donner une nouvelle impulsion au développement de plusieurs secteurs importants, notamment ceux de l’élevage, de l’activité agricole, des zones d’activité, et à l’activation du rôle de la nouvelle zone industrielle, la promotion et la création d’investissements et d’unités de production qui font défaut dans la wilaya.