Tebboune reçoit le chef du Pentagone

LE CHEF DU PENTAGONE A ÉTÉ REÇU, JEUDI, PAR LE PRÉSIDENT TEBBOUNE : Washington veut renforcer sa coopération militaire avec Alger

En visite à Alger, le secrétaire d’État américain à la Défense, Mark Thomas Esper, a longuement été reçu par le Président Tebboune, qui l’ait, ensuite, et au terme d’un long entretien, convié à un déjeuner.

À l’issue de sa rencontre avec le chef de l’État, le secrétaire d’État américain a souligné la volonté de son pays de renforcer sa coopération avec l’Algérie dans le domaine militaire et celui de la lutte contre le terrorisme. « Nous avons évoqué les voies et moyens de renforcer la coopération bilatérale, notamment dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et la coopération entre les armées des deux pays », a déclaré Esper. L’audience a été aussi l’occasion d’examiner la situation en Libye et au Sahel. Les deux parties ont convenu, à ce propos, de poursuivre leurs consultations et leur coordination pour consolider la paix et la sécurité dans la région dans le cadre du respect de l’unité et la souveraineté des États. D’autres thèmes ont été également abordés comme « le respect de la souveraineté des États et les libertés, ainsi que les questions d’intérêt commun », a-t-il précisé. « J’ai également eu l’honneur d’aller au sanctuaire des martyrs pour déposer une gerbe de fleurs à la mémoire des martyrs de la Révolution pour l’indépendance de l’Algérie, acquise au prix du sacrifice de 1,5 million de martyrs », a tenu à souligner le secrétaire d’État américain à la défense. C’est la première visite d’un haut responsable américain de ce niveau depuis 2006 avec la visite de Donald Rumsfeld. Esper a aussi tenu à remercier le président de la République pour « l’accueil chaleureux et l’hospitalité » qui lui ont été observés durant sa visite en Algérie. L’audience s’est déroulée en présence de la délégation accompagnant le secrétaire américain à la Défense et du chargé d’affaires à l’ambassade américaine en Algérie, du côté américain, et du général de corps d’armée Saïd Chanegriha, chef d’Etat-major de l’Armée nationale populaire (ANP), du directeur de cabinet à la présidence de la République, Noureddine Bardad-Daidj, et du général-major Mohammed Bouzit, directeur général de la documentation et de la sécurité extérieure au ministère de la Défense nationale, du côté algérien.
Il faut noter que l’on assiste ces derniers jours à un véritable défilé de hauts responsables militaires américains mais aussi russes à Alger.
En effet mardi dernier le chef d’Etat-major de l’ANP, le général d’armée Saïd Chengriha a reçu Dmitri Shugaev, directeur du service fédéral de coopération militaro-technique de la Fédération de Russie, accompagné d’une forte délégation d’experts. Partenaire historique et traditionnel de l’Algérie en matière de défense et d’armement, la Russie est considérée en Algérie comme un pays ami. Alors qu’Alger et Washington sont liés par un partenariat stratégique notamment dans le domaine de la lutte anti-terroriste. Washington semble vouloir donner davantage d’impulsion à sa coopération avec l’Algérie alors que jusque-là elle privilégiait ses relations militaires avec Rabat. Le Pentagone veut rééquilibrer ses relations avec l’Algérie considérée par le chef de l’Africom qui vient lui aussi de se rendre à Alger, comme un pays clé pour le maintien de la stabilité et la sécurité dans la région. Avant Alger, le chef du Pentagone qui s’est rendu à Tunis, était hier vendredi à Rabat pour ne pas froisser le partenaire marocain prêt à tout pour satisfaire les Etats-Unis auxquels ils veulent avaliser leur occupation coloniale du Sahara occidental, au mépris de la légalité internationale.
Mokhtar Bendib