Le chef d’état-major dit s’en tenir aux seules « missions constitutionnelles » de et l’ANP de ne « jamais s’en écarter » : Cours pratique à l’usage des partis politiques

Il fallait bien un commentaire aux appels du pied des partis politiques à l’ANP, alors en voilà un. C’est le Général de Corps d’Armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre la Défense nationale, et Chef d’état-major de l’ANP, qui a pris la peine de s’exprimer , lors de la cérémonie en l’honneur des meilleurs lauréats des Cadets de la Nation au Baccalauréat 2018 qu’il a présidée au siège du ministère de la Défense nationale, pour réaffirmer que l’ANP « ne peut en aucun cas être mêlée aux enchevêtrements des parties et des politiques», et parce qu’elle «ne s’écartera jamais» de ses «missions constitutionnelles».
Et de préciser dans le détail : «J’avais auparavant souligné et clarifié, avec insistance, à maintes occasions, que l’Armée nationale populaire est une Armée qui connait ses limites, voire le cadre de ses missions constitutionnelles, qui ne peut en aucun cas être mêlée aux enchevêtrements des parties et des politiques, ou être immiscée dans des conflits qui ne la concernent ni de près ni de Loin». Gaïd Salah qui s’est adressé, par la même occasion, via visioconférence à l’ensemble des personnels de l’ANP à travers les six Régions militaires, a salué «vivement et avec toute gratitude» tous ces hommes des Forces armées mobilisés sur chaque parcelle de la terre d’Algérie et en rappelant les missions constitutionnelles de l’ANP desquelles elle «ne s’écartera jamais».
Autre cours pratique sur la nature de la politique au quotidien : «L’une des mauvaises pratiques, voire étranges, irrationnelles et inacceptables, à la veille de chaque rendez-vous électoral, que ce soit pour l’APN, pour les APC et APW, ou même pour les élections présidentielles, je dis, à la veille de ces importants scrutins nationaux, et au lieu d’essayer de s’approcher du citoyen en conférant davantage d’importance à ses préoccupations, quelques personnes et certaines parties s’éloignent volontairement de l’exercice politique », a affirmé Gaïd Salah, pour qui « la politique est l’aptitude à s’adapter aux réalités du quotidien, l’aptitude se veut être la bonne gestion des exigences de l’intérêt national et les impératifs de leur réalisation, ce qui nécessite un haut niveau de performance politique en toutes conditions et circonstances ».
En dépit de cela, « certains s’autoproclament parrains de l’ANP, voire son porte-parole » : « Que tout le monde sache qu’il n’est autre tuteur pour l’ANP, digne héritière de l’Armée de libération nationale, que les orientations de Son Excellence, le président de la République, Chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale. Une Armée qui veille, en permanence, et je le redis encore une fois, elle veille avec discernement sans jamais fermer l’œil, et travaille avec persévérance conformément aux lois de la République et aux dispositions de la Constitution algérienne», a-t-il insisté.
F. O.

IL A ESTIMÉ QUE SES DÉCLARATIONS SERVENT L’INTÉRÊT NATIONAL
Le président du MSP dit « appuyer » les déclarations de Gaid Salah
Le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderrazak Makri, a affirmé jeudi que son parti « appuie » les déclarations du vice-ministre la Défense nationale, Chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP), le général de Corps d’armée, Gaid Salah, sur le refus de l’institution militaire de s’impliquer dans « les enchevêtrements des partis et des politiques ». Makri a écrit sur sa page Facebook que sa formation politique « appuie ce qui est dit dans l’allocution prononcée par le général de Corps d’armée, Gaid Salah, qui  a dit que l’armée ne peut en aucun cas être mêlée aux enchevêtrements des partis et des politiques, ou être immiscée dans des conflits qui ne la concernent ni de près ni de loin », ajoutant que « l’ANP est souveraine ».
Estimant que ces déclarations servent l’intérêt national, Makri a indiqué que son parti « ne se sent nullement visé par cette réponse d’autant que le MSP n’a pas appelé à l’implication de l’armée mais il s’est exprimé dans le cadre de la présentation de l’initiative, affirmant que le rôle de l’institution militaire dans le consensus national consiste en la contribution à la préservation de ce dernier s’il aura lieu.
R. C.