elyros 1

Le car ferry grec « Elyros », la satisfaction de l’ENTMV : Alger-Marseille une traversée servie par excellence

Jeudi 28 juin, il était 10h pile, heure de notre arrivée au port d’Alger, afin d’effectuer la traversée Alger-Marseille programmée à midi.

Dès notre arrivée nous avons été reçus par la chef d’escale au niveau du port, Mme Benrrabah Saliha qui nous a minutieusement expliqué les détails du voyage par bateau. Comment faire pour obtenir la carte d’accès au bateau, la paperasse des services des douanes et policiers aux frontières, ainsi que l’enregistrement à bord du navire après l’embarquement. Toutes ces étapes obligatoires ont été réglées en un laps de temps, grâce à un personnel professionnel qui a facilité la tâche aux 440 passagers et quelques 350 véhicules concernés par cette traversée.
Depuis quatre années déjà, le luxueux car ferry grec «Elyros», affrété par la Compagnie algérienne de navigation maritime Algérie Ferries, filiale commerciale de l’Entreprise nationale de transport maritime de voyageurs, assure la liaison régulière entre Alger et Marseille durant toute la saison estivale, car cette ligne est la plus mouvementée durant cette période par rapport aux autres destinations, alors que les autres navires Tariq Ibn Ziyad, Tassili II et El Djazaïr II, en l’occurrence, sont programmés pour d’autres liaisons avec certains pays européens, à savoir l’Espagne, l’Italie et la France…
Avant que les portes du bateau soient fermés et que la passerelle soit définitivement retirée notamment, tous les agents qui n’ont été pas concernés par le voyage ont été priés de quitter le navire, une fois que tout cela a été fait, le commandant du navire « Elyros » a eu le feu vert pour quitter le quai du port.
L’expédition commença dans une ambiance extraordinaire, en ce moment là, le commissaire M. Hocine Messaoudi (responsable de tout l’équipage), le responsable de service hôtellerie à bord, M. Sid Ahmed et la réceptionniste, Mme. Lilia ont veillé sur le confort des passagers, tout en s’occupant de l’opération de relogement des passagers (cabines et fauteuils, selon la réservation). Il faut signaler que tout cela a été fait dans un temps record. Puisque le voyage est d’une moyenne de 19 heures de navigation, tous les voyageurs ont droit à un déjeuner, et maintenant, c’est autour du maître d’hôtel de la salle à manger, M. Kessoum Mohamed Amokrane d’enregistrer les voyageurs avant de les orienter vers le restaurent.

La gastronomie à bord du navire a une saveur spéciale
Le déjeuner ou le dîner au restaurant à la carte ou un self-service à bord d’un navire, transforme assurément la traversée à une fête gastronomique inoubliable et particulière, surtout après le stress du voyage et toute la paperasse qui s’en suit. La misère peut être complètement oubliée lorsqu’on s’installe confortablement à table pour manger. Dans les deux restaurants du somptueux « Elyros », le service à bord est nickel, tout le personnel veille à satisfaire tous les passagers même ceux qui exagèrent un peu trop. Le maître d’hôtel, M. Kessoum Mohamed Amokrane nous a fait savoir que : «Nous sommes contraints de satisfaire toute notre clientèle, et comme vous voyez ici les familles, les passagers sont tous heureux, il n’y a pas de contestation, même si parfois les gens font une forte pression inutile. Bref, notre mission commence par la préparation de la salle par rapport aux documents que nous envoie le commissaire, il y a des passagers qui partent et d’autres qui embarquent, on prépare tous ce qui est hors-d’œuvre et salades, le plat principal et les desserts, d’ailleurs, c’est le chef de cuisine qui décide pour le menu du jour, ce que je peux vous dire c’est que les repas offerts sont équilibrés et très copieux. Donc le nombre de passagers dont la capacité de la salle à manger et restaurant, on arrive à faire pour le premier service entre 420 et 430 couverts, et généralement il y aura toujours un deuxième service, et là ont est obligé de recommencer la préparation à zéro et surtout de faire vite pour ne pas laisser le deuxième groupe trop attendre», nous a-t-il révélé.

Le commissaire d’«Elyros» veut dépasser les objectifs
Pour sa part, le commissaire de l’« Elyros », M. Hocine Messaoud nous a précisé que la mission de son équipage s’inscrit en droite ligne des objectifs de l’ENTMV, à savoir la mission de base c’est le transport maritime des voyageurs, soit la jonction entre les deux rives de la Méditerranée (rive nord et rive sud), «on ne fait pas que transporter les passagers, pour nous quand nos passagers montent dans le bateau algérien à Marseille ou en Espagne, on leur font sentir qu’ils sont sur le territoire algérien, et que leurs vacances ont commencé déjà sur le bateau. On fait tout pour que ce sentiment dure pendant toute la durée du voyage jusqu’à l’arrivée à destination.» Ajoutant : «Aussi nous sommes une entreprise commerciale et nous avons des objectifs à atteindre donc on essaye de fidéliser nos clients pour avoir un taux de remplissage de bateau satisfaisant.» Concernant la durée du voyage et le nombre effectué des traversées, le commissaire a indiqué que : «la traversée Alger-Marseille sur l’«Elyros» est d’une moyenne de 19 heures avec une vitesse de 21 nœud, soit l’équivalent de 40 Km/h», précisant qu’«en période creuse les trois bateaux d’Algérie Ferries nous suffissent largement pour toutes les liaisons, par contre, durant la saison estivale on augmente la capacité des voyages, et on affrète ce bateau qui est très apprécié par les passagers, et ce, pour atténuer aussi la pression sur les autres bateaux.» Pour ce qui est des objectifs tracés de l’ENTMV, notre interlocuteur nous a indiqué que : «la saison passée, la compagnie a enregistré des résultats très positifs durant la saison estivale, et touts les objectifs assignés ont été atteints. Pour cette saison, on compte dépasser les chiffres déjà réalisés, et c’est le but de notre compagnie », a-t-il affirmé.

«La cohésion entre les Grecs et les Algériens à bord est parfaite»
En outre, Hocine Messaoud affirme qu’à bord de l’«Elyros » existe un grand travail de complémentarité et de cohésion entre l‘équipage grec et celui des Algériens, «tellement la cohésion est parfaite entre les Grecs et les Algériens, on ne parle pas de deux équipes, c’est vrai chacun à ses tâches mais nous sommes une équipe, donc la partie technique et navigation est assurée par le personnel grec et la partie commerciale est assurée par nous les Algériens. La différence de nationalité ne se fait même pas ressentir, on travaille avec une bonne entente depuis un certain nombre d’années, car chacun a une mission très claire à bord», a-t-il dit.«l’organisation du travail à bord est tracée par l’entreprise, et on n’est pas obligé de s’organiser après chaque voyage, et chaque membre de l’équipage sait ce qu’il doit faire et par quoi il doit commencer, par contre on fait des petits briefing juste pour préparer le personnel. »

Les brigades de police et de la douane navigante réduisent l’heure d’attente à la PAF
La traversée qui liera la rive Nord à la rive Sud, soit Marseille-Alger connaîtra une petite particularité par rapport à la liaison Alger-Marseille, mis à part les formalités effectuées sur le sol français, tous les procédures et formalités de la PAF algérienne se feront à bord du bateau durant la traversée, le but de cette opération est de réduire le temps de la paperasse et pour faire éviter aux voyageurs la longue file d’attente qui dure plusieurs heures au niveau du port d’Alger. Il est utile de signaler que la police et la douane travaillent enétroite collaboration afin de veiller sur le confort des passagers. Dans ce sillage, le représentant de la DGSN, nous a fait savoir que : «cette initiative existe depuis 2016 pour la police, elle sert à faciliter les procédures du contrôle au niveau des frontières, et surtout pour mieux recevoir la communauté algérienne qui réside à l’étranger.» Il est utile de signaler que les deux corps sont dotés d’un matériel numérique qui permettra, à titre d’exemple de scanner les documents de voyage en 18 secondes seulement, alors que pour les passagers qui sont en possession d’un véhicule la procédure durera 15 minutes à tout casser.

Mohamed Wali