L’Algérienne Saliha Khelifi expose ses œuvres de « calligraphie de feu » à Madrid

L’artiste algérienne Saliha Khelifi expose, à partir de lundi, une trentaine de tableaux de « calligraphie de feu » à la bibliothèque municipale de la ville d’Alcala de Hénares à Madrid.
L’exposition, organisée conjointement par l’ambassade d’Algérie en Espagne et la ville d’Alcala de Hénares, se poursuivra jusqu’au 27 février. Du haut de ses 64 ans, l’artiste, née à Béjaia, a réussi à créer sa propre calligraphie quelle appelle « calligraphie de feu ». Cette technique consiste en « un mélange de lettres arabes et de caractères latins qui se terminent par des flammes qui symbolisent toutes les souffrances humaines à l’échelle universelle telles que les guerres, la famine, la pauvreté, les catastrophes écologiques outre les maladies du siècle », a-t-elle expliqué à l’APS. Saliha Khelifi, qui a signé jusqu’à présent 1200 toiles, dit avoir réalisé ces œuvres pour « faire revivre les belles valeurs humaines notamment la paix, la liberté, le dialogue constructif, le pardon, l’amour et l’espoir qui sont les piliers de toutes les civilisations ». Les tableaux présentés au public espagnol, qui sont nettement dominés par les couleurs verte, bleue et rose, symbolisent la sérénité, la quiétude, l’espoir et portent chacun un titre d’une valeur humaine universelle comme la tendresse, le travail, la générosité, la justice, la liberté et autres que l’artiste a tenu à accompagner de paroles sages, nées de son propre imaginaire. Excellant dans diverses techniques de peinture notamment l’huile sur toile, l’aquarelle ou gouache, les tableaux de Saliha Khelifi trouvent leurs sources d’inspiration dans des úuvres musicales algériennes, africaines ou du classique universelle, comme dans les proverbes et autres adages. En marge du vernissage de l’exposition, l’artiste a animé une conférence sur le thème « La calligraphie de feu et les valeurs humaines universelles » durant laquelle, elle a expliqué aux présents que « les valeurs humaines universelles sont les piliers de toutes les sociétés du monde ». « Etant artiste et pédagogue, je ne pouvais rester insensible à mon environnement et pour ce faire, j’ai écris des énigmes éducatifs en dessinant leurs clés sur des tableaux afin de créer un lien entre les lettres et les couleurs, les observations et les idées », a-t-elle précisé, en formulant le voeux de « voir tous les peuples du monde heureux, stables, et libres ». Débutant sa vie active en tant que professeur de langue arabe, Saliha Khelifi s’est lancée en 1987 dans les arts plastiques et depuis, elle sillonne le monde pour exposer ses œuvres artistiques dans le but de lutter inlassablement, a-t-elle précisé « pour le retour aux belles valeurs humaines ».
Elle a dans ce cadre exposé plusieurs fois en France, notamment au Centre culturel algérien, à l’Institut du monde arabe et dans d’autres villes françaises.
L’artiste a également exposé à Prague en 2005 à l’occasion des journées du monde arabe et dans d’autres pays tels que l’Arabie saoudite, la Tunisie et au Centre culturel algérien de Montréal (Canada). Saliha Khelifi a reçu durant son parcours artistique plusieurs distinctions dont le prix « Ali Maâchi » du président de la République Abdelaziz Bouteflika en 2012 et des prix d’honneur du ministère de l’Education nationale en 2014 et 2015.