L’Algérie 50e au classement Fifa : Retour à l’avant-juin 2009

Comme prédit, la sélection algérienne a payé cher son grand ratage lors de la précédente CAN lorsqu’elle avait quitté la compétition dès le premier tour. Le classement Fifa publié jeudi l’envoie tout simplement à la 50e place mondiale. Les Verts perdent 11 places et continuent par là même leur chute libre dans ce registre.

Les Fennecs, qui avaient atteint la 15e place mondiale après la Coupe du Monde 2014, continuent ainsi leur dégringolade pour retrouver le niveau d’avant juin 2009 et la victoire contre l’Egypte à Blida. Conséquence logique de six mois catastrophiques, l’Algérie recule de 11 places au classement FIFA et n’est plus que la 11e nation africaine… Sans aucune victoire en cinq matchs officiels depuis le mois d’octobre, la sélection algérienne continue de perdre du terrain et franchit la barre symbolique de la 50e place au niveau mondial. Au niveau africain on passe de la 5e place en janvier à la 11e place.
L’Egypte finaliste de la CAN 2017 repasse première et le Cameroun vainqueur remonte de 29 places pour occuper la 3e place au niveau africain, juste devant la Tunisie. Il faudra désormais du temps pour que le ‘’Club Algérie’’ récupère tous ces points perdus. La conjoncture actuelle que traverse l’équipe nationale ne plaide pas en sa faveur. Déjà, pour la prochaine date Fifa, en mars 2017, le flou entoure le maintien du stage, au moment où aucune initiative n’a été prise pour programmer un ou deux matchs amicaux pour la circonstance, comme l’ont fait les autres sélections du monde. Cela se passe aussi au moment où le poste de sélectionneur national est toujours vacant depuis le départ du Belge, George Leekens, dont les dernières informations laissent entendre qu’il postule aux commandes techniques de la sélection du Rwanda. A la FAF, l’on s’est contenté jusque-là de publier un appel à candidatures pour la nomination d’un entraineur pour la sélection nationale des joueurs locaux, un poste qui devrait revenir à l’actuel coach de l’ESS, Kheireddine Madoui.
Hakim S.