La version des faits vue par le maréchal Haftar : «Les liens algéro-libyens sont plus grands qu’Al Jazeera et le Qatar !»

Le porte-parole du commandant général des forces armées libyennes, le général Ahmed Al Mesmari, a affirmé que « la Libye ne sera jamais une source de menace pour ses voisins. L’Algérie est un État frère, et nos relations doivent être consolidées pour lutter contre le terrorisme». «Les Libyens et les Algériens sont des frères liés par des relations politiques et sociales», a affirmé Al Mesmari, lors d’une conférence de presse tenue lundi, affirmant que les propos du commandant général de l’armée libyenne, le maréchal Khalifa Haftar, ont pour but d’avoir plus de coordination avec l’Algérie et que “la Libye ne sera jamais une source de menace pour ses voisins”. À la question de savoir si des soldats algériens auraient réellement franchi la frontière libyenne, l’officier libyen a expliqué que «les forces armées ont constaté l’entrée de certains éléments de l’armée algérienne sur le territoire libyen», et qu’«après des contacts avec les autorités algériennes, il s’est avéré que des éléments de la Gendarmerie y étaient entrés par erreur». «Il y a quelques jours, les forces de reconnaissance ont observé un groupe de soldats sur nos territoires. Après des contacts avec les autorités algériennes, il a été confirmé qu’il appartient à la Gendarmerie algérienne. Ces éléments étaient en train d’assurer la sécurité de leurs frontières et qu’ils ont franchi les nôtres par erreur. Le maréchal Haftar avait dit alors que si ce groupe n’appartenait pas officiellement aux Forces algériennes, on le considérerait comme un groupe terroriste et on lui déclarerait la guerre ». « Les forces armées ont un but clair, c’est de lutter contre le terrorisme et les terroristes là où ils se trouvent », a-t-il précisé. En effet, le général libyen a accusé le Qatar «de magouiller pour qu’un conflit éclate entre la Libye et l’Algérie», ajoutant que «les liens algéro-libyens sont plus grands qu’Al Jazeera et le Qatar qui diffuse des rumeurs. Nous n’admettons jamais d’être une source de menace pour l’un de nos voisins”.
R. S.