UGTA

LA POLICE EMPÊCHE UN RASSEMBLEMENT DES TRAVAILLEURS DEVANT LA CENTRALE SYNDICALE : «Sidi Saïd dégage !»

Encore une fois, le rassemblement, auquel ont appelé les syndicalistes «libres» de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), a été empêché, hier matin, par les forces de l’ordre qui les ont invités à quitter les alentours du siège de la Centrale syndicale dès les premières heures de la matinée.

Les travailleurs et syndicalistes s’opposent de voir leur syndicat demeuré sous la tutelle de Sidi Saïd et ses soutiens, à la tête de l’UGTA, qui se sont habitués à se rencontrer les samedi matin, devant le siège de la Centrale, au 1er Mai, à Alger, pour le faire savoir pacifiquement, se heurtent, depuis samedi dernier, à l’interdiction de tenir leur rassemblement, par les forces de police, fortement mobilisées, hier, sur les lieux. Vers 9h du matin, les premiers qui arrivaient sur les lieux ont en effet été empêchés d’y rester, alors que leur action est pacifique et ne constitue aucunement une entrave à la circulation, la route étant très large et le trottoir, tout autant, pour contenir les quelques dizaines de manifestants, travailleurs et syndicalistes.
Ces derniers venus protester contre la gestion désastreuse d’Abdelmadjid Sidi Saïd, de la plus grande organisation syndicale et de précipiter son départ de la tête de l’UGTA, ont été empêchés par les services de police de tenir leur action. Les premiers groupes des travailleurs et syndicalistes qui se dirigeaient vers le siège de la Centrale syndicale, Aïssat Idir, ont été à tour de rôle déviés et priés par les forces de l’ordre de ne pas tenir leur rassemblement. Un riverain n’a pas manqué d’exprimer son indignation devant cette interdiction, en nous lançant «les quelques manifestants qui ont réussi à se constituer en un petit groupe devant le siège de la Centrale, ont été vite dispersés par les policiers, la semaine passée, il y avait même ceux qui ont été arrêtés, c’est inadmissible, surtout après le 22 février». Les syndicalistes ne se sont pas laissés faire, ils n’ont pas arrêté de scande appelant au départ de Sidi Saïd, en lançant «Sidi-Said dégage» «Sidi Saïd a volé l’UGTA aux travailleurs» ou bien «Sidi Saïd, syndicaliste des patrons».
Mohamed Amrouni