ecole-eleves4

La langue à l’école est la matière qui véhicule le reste des disciplines Le chaînon manquant

Je m’attacherais ici, à partir d’exemples précis, à mieux m’expliquer. Je commencerais par une mise au point. Le directeur du BELC*, Francis Debyser, dans son brûlot, « La mort du manuel»*, paru en 1971, a condamné le manuel de français.

Debyser ne visait pas le manuel de maths, de physique chimie, ou celui de lecture (méthode de lecture). Il s’agit bien, pour nous et par analogie, d’une contestation du principe même de manuel d’arabe et de tamazigh, et non pas celui des maths ou de chimie.
La langue, à l’école, n’est pas une matière comme les autres. C’est la matière qui véhicule le reste des disciplines. On ne peut donc pas mettre l’enseignement de la langue au même rang que les autres disciplines. Ceci est évidement valable pour l’enseignement de l’arabe et du tamazight.

Des exemples concrets pour être plus claire :
Dans l’école française du XXème siècle, le livre de français au primaire était une anthologie. Le livre contenait un ensemble de textes choisis ou de morceaux choisis; Le choix des textes à offrir aux enfants était laissé aux éditeurs. Les enseignants avaient le choix entre plusieurs maisons d’édition, et donc à un foisonnement de textes possibles.
Au XXIème siècle, en France comme dans toute l’Europe, l’anthologie de textes est remplacée par une liste de titres d’œuvres complètes. Une liste impressionnante est proposée aux enseignants. Cette liste indicative, n’est pas facultative. Cette liste a pour objectif de construire la culture du jeune enfant européen ; Une culture qui se définit comme l’idéal d’un bien commun à bâtir. Car la culture n’est pas spontanée ; Elle n’est pas non plus innée. Elle se transmet. Le Capital culturel est une notion officiellement reconnue, notamment par l’Unesco. La transmission de ce Capital par l’école est aujourd’hui dans le monde, une tâche régalienne prioritaire, qui est dévolue à l’État.

Quelle est la différence entre le « livre » et le « manuel » ?
Quelques exemples de titres de livres puisés dans la liste officielle en Europe :
(Pour enfants de cinq à huit ans)
Titre : Les habits neufs de l’empereur. Le vilain petit canard. Auteur : Andersen
Titre : Les fées ; Le petit chaperon rouge ; Le chat botté. Auteur : Charles Perrault.
Titre : Blanche-Neige ; Le loup et les sept chevreaux ; Le prince Grenouille ; Hansel et Gretel ; La reine des abeilles. Auteurs : Les frères Grimm.
Titre : Fables (la sélection de fables est laissée à l’enseignant). Auteur : Jean de La Fontaine.
Titre : Rendez-moi mes poux ! ; La belle lisse poire du prince de Motordu. Auteur : Pef.
(Suite de la liste en bas de page.*)
La liste des titres est très longue, elle comporte environ 1000 titres. Y figurent des auteurs universels tels  Homère, Esope, Omar Khayyâm, Mouloud Mammeri, Nazim Hikmet, Adonis, Tjong-Khing, Beatrix Potter, Anne Sylvestre, Kazumi Yumoto, etc …

Des titres de manuels puisés dans la liste officielle en Algérie :
Titre : «Méthode pour le préscolaire». Auteur : Un groupe de travail du CRASC.*
(Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle. Oran)
Titre : « Mes premiers pas à l’école préscolaire », Auteur : Un groupe de travail du CRASC ;
Avec matériel d’accompagnement ; outils pédagogiques ; posters ; affiches ;
Affichettes ; Images ; Livrets d’exercices ; Cahiers d’exercices.
Titre : « Empreintes » ; Auteur : Un groupe de travail du CRASC. Ce titre est sélectionné premier dans le classement des éditeurs algériens. Avec, matériel d’accompagnement ;
Posters ; Affiches ; Affichettes ; Images ; Livrets d’exercices et Cahiers d’exercices.
Titre : «Mes premiers apprentissages», Auteur : Un groupe de travail.
Titre : «Ma langue fonctionnelle » ; Auteur : Un groupe de travail sous la direction de Sidi Mohamed Debbagh Bouayad. Professeur dans l’enseignement supérieur.

Egalité des chances ou ségrégation ?
L’enfant, nourri de titres de la liste nationale, peut-il être l’égal de l’enfant nourri de titres de la liste européenne ? Et pourtant, c’est au nom de l’égalité des chances que le préscolaire est imposé aux familles algériennes. C’est au nom de l’égalité des chances que la liste de manuels est ainsi infligée à tous les innocents enfants d’Algérie à un âge précoce. Nos enfants sont happés par l’« instruction » de plus en plus petits ! L’instruction précoce et l’urgence de sa généralisation culpabilise les parents, qui s’exécutent comme à une réquisition !
Les mécanismes de la ségrégation.
Le manuel consacre l’exclusion de nos enfants de l’humanisme. Sous couvert de modernité, nos enfants sont spoliés. L’introduction de ce manuel en Algérie est la manifestation d’une ségrégation culturelle violente.
Par ségrégation, nous entendons toute forme d’enseignement où les enfants sont pris en charge par un dispositif exceptionnel. Un dispositif qui échappe aux règles traditionnelles ou même ordinaires. Ce manuel conçu au BELC*, récupéré politiquement, expérimenté en Algérie, est bel et bien un instrument de ségrégation.

Assistance étrangère :
« Nous avons des conventions avec une cinquantaine de partenaires étrangers. Nous travaillons également avec l’Unesco. Nos partenaires ne sont nullement habilités à intervenir dans le contenu des programmes. Leur rôle est de nous aider sur le plan méthodologique ». Déclare la ministre de l’Éducation nationale, le 21 mars 2016. (Algérie Focus).
Quel aveu d’impuissance ! Comment peut-on ignorer que Contenus et Méthodologie sont nécessairement liés.
L’intervention de l’assistance étrangère fait suite à des « Sollicitations pressantes de la part des responsables algériens ». « La demande générale va dans le sens de planifier une stratégie qui accompagne la réforme. »* p.174 (Rapport 2006)
Les cinquante sauveurs et bienfaiteurs n’ont donc aucun mal à imposer leur diktat. Une même devise les unit : Faites ce que l’on vous dit, pas ce que l’on fait !
En cinquante ans, aucun inspecteur ne s’est posé la question, pourtant toute simple, de savoir si ce funeste Manuel a une existence dans les pays des bienfaiteurs !
Le rapport sur « Le programme d’appui de l’Unesco à la réforme éducative »*, (Rapport 2006) révèle un véritable désengagement du ministère de l’Éducation, de ses responsabilités concernant notamment la « définition d’options stratégiques ». Un désengagement qui s’apparente à un délestage à tous les niveaux de décision. Les auteurs du rapport formulent même le regret de ne pouvoir « alimenter leur modèle (…) par des données provenant du ministère des Finances, et du ministère de l’Intérieur et des Collectivités Locales.»*p.44.

Écoutons le représentant du Bureau de l’Unesco de Rabat
« (…) l’appui au renouveau (…) des manuels scolaires a été conduit conjointement par l’UNESCO et le Bureau d’ingénierie en éducation et en formation (BIEF) »*.
« (…) cet appui a permis : Le développement, l’amélioration et la finalisation d’un outil stratégique pour la conception (…) des manuels : Le Référentiel Méthodologique général des programmes. » p.39 du « Rapport de 2006 préfacé par le ministre Benbouzid »*
Le Référentiel méthodologique général des programmes publié en 2009, et présenté à l’APN est donc bien une affaire de deux Bureaux, celui de l’Unesco de Rabat et le Bureau belge d’ingénierie (BIEF).
Or, c’est au nom de ce Référentiel, que les mamans de ce pays sont sommées d’inscrire leurs tout-petits à l’Instruction nationale. S’y soumettre, c’est par ricochet se soumettre aux deux Bureaux. Les mamans de ce pays sont donc contrôlées et téléguidées à distance. Beaucoup d’entre elles vivent leur maternité dans un vrai dilemme :
« Laissez-les jouer sept ans durant  ! » Dicte le Hadith de notre Prophète.
« Tu ne joueras point ! » Dictent les nouveaux maîtres aux petits des Gens du Livre.

Liste des Bureaux privés, et organismes d’intervention :
(Notamment autour de l’option du manuel) :
L’Unesco à travers le PARE*. PARE I et PARE II «Programmes d’appui à la réforme éducative». « Développement (…) des manuels scolaires de qualité. »* (Rapport 2006, p.37)
« …le PARE I est intervenu en amont de la réforme afin d’accompagner la mise en place des orientations stratégiques … nationaux »*. (Rapport de 2006, p.38)
« (…) il n’est pas exagéré de dire, aujourd’hui, que la restructuration des programmes à travers les manuels scolaires est, mutatis mutandis, pratiquement achevée »*. Le ministre Benbouzid dans sa préface. p. 22 et 23.
AFD «Agence française de développement». La FAD représente un effet démultiplicateur et une économie de déploiement inégalés. p. 138. (Rapport de 2006).
Évaluation finale du projet.
FERC (Fonds d’études et de renforcement des capacités) - « Appui à la qualité du système éducatif algérien » dans le cadre du projet d’appui de la qualité du système éducatif (PAQSE).
Ce projet, financé par l’Agence française de développement (link is external) (AfD).
Projet FERC/PAQSE, composante 2 projet d’établissement scolaire (2009) par Le consortium SOFRECO (France) (Link is external) UAP, (Sofreco/France)
Après PARE I mais plusieurs projets contribuent désormais à la mise en œuvre de la réforme : (MEDA, AFD, UNICEF…). p. 226. ( Rapport 2006)
Pare I (2003-2006), PARE II (2006-2008) L’Unesco à travers son Bureau de Rabat.
Le BIEF* Bureau d’ingénierie en éducation et formation (Agence privée), introduit par l’Unesco. « … l’appui au renouveau des programmes et des manuels scolaires ont été conduites conjointement par l’Unesco et le BIEF ».* p. 38 (Rapport 2006)
MEDA II – Membre du consortium éducation avec UAP, (Sofreco / France) Appui à la réforme de l’éducation. MEDA II, prise en charge de la formation des directeurs de l’éducation.
CIEP – Centre international d’études pédagogiques (chef de file) Egis Bceom international – société de conseil privée française, implantée en Algérie.
Nature des prestations fournies par le CIEP : Il assure une assistance technique au Ministère algérien de l’Éducation avec un accent particulier sur : La rédaction des termes de références ; L’assistance dans le processus de passation des marchés ; etc …
L’UE, l’Union Européenne : Programme d’appui à la réforme sectorielle du secteur de l’Éducation-phase II ; « L’UE soutient le secteur de l’Éducation depuis 15 ans», déclare la Délégation de l’Union Européenne, le 20/3/2017.
USAID, United States Agency for International Development. « (…) se sont joints aux efforts de réforme du système éducatif algérien en apportant leur appui. » p.38 du Rapport de 2006.*
La CEE par le biais du projet MEDA la signature en 2005 d’un partenariat de formation avec la Communauté Européenne,
BIE : Bureau international d’Éducation : Formation de concepteurs et d’évaluateurs de manuels scolaires en termes de compétences, B.I.E., UNESCO.
La coopération algéro-française recentrée autour des priorités de la réforme de l’éducation en Algérie. « La ministre, Mme Benghebrit, a eu raison de demander à la France de recentrer sa coopération avec l’Algérie autour des piliers de sa réforme du secteur de l’Éducation nationale « , a déclaré la ministre française. (APS 25-10-2015)
Hachette Éditions. Pour l’élaboration de manuels d’arabe et de manuels parascolaires.
Hatier Éditions. Pour l’édition de manuels parascolaires en arabe qui ont servi de modèles aux éditeurs algériens pour enfants.

Par Boudalia Bouchenak Malika