Belabdi

LA FILIÈRE DES CÉRÉALES PASSÉE AU CRIBLE : Le DG de l’OAIC limogé et 45 minoteries fermées

Le directeur général de l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) Mohamed Belabdi, a été limogé, tandis que 45 minoteries ont été fermées pour violation de la réglementation en vigueur ; à savoir : surfacturation et fausses déclarations.

C’est ce qui a été affirmé, par les services du Premier ministère à travers un communiqué de presse, rendu public à l’issue d’une réunion du conseil du gouvernement. Selon le document, des poursuites judiciaires sont engagées à l’encontre d’autres minoteries qui ont émis de fausses déclarations concernant leurs capacités de production. Le nombre de minoteries incriminées n’a pas été précisé. Ëgalement, le document n’a pas révélé si les minoteries fermées sont publiques ou privées. Il s’est contenté de préciser que ces décisions ont été prises par le Premier ministre, Noureddine Bedoui, après avoir écouté un exposé du ministre des Finances, Mohamed Loukal.
Assurant que ces décisions sont une ferme réponse aux dépassements de la part de certaines minoteries, démasqués par un groupe de travail chargé d’auditionner la filière du blé, le document a indiqué que celles-ci s’inscrivent dans le cadre du combat à mener par le gouvernement pour préserver les réserves de change du pays et rationaliser les importations. Affirmant que le gouvernement « ne tolérera aucun dépassement de ce genre tout en veillant à garantir l’approvisionnement du marché national en ce produit », M. Bedoui a exhorté le groupe de travail à poursuivre son audit qui sera sanctionné par un rapport exhaustif comportant aussi les raisons du retard accusé dans la réalisation de structures de stockage de céréales. Pour rappel, la création d’un Comité de veille, de régulation, de contrôle et d’évaluation de la céréaliculture, décidée en juin dernier par le gouvernement, constitue une nouvelle mesure de rationalisation des importations, visant à contenir l’érosion des réserves de change du pays.
Chargé de « concevoir une approche claire, à court et moyen termes, en matière de rationalisation de la gestion et de l’importation des céréales », ce Comité, placé auprès du ministre des Finances et associant les ministres du Commerce, de l’Industrie et de l’Agriculture, aura à effectuer un audit global concernant le respect des obligations juridiques par l’ensemble des opérateurs activant légalement dans le domaine.
Lamia B.