js saoura

La FAF ne tarit pas d’éloges sur le club du Sud-Ouest : La JSS seule formation à être à jours avec les services de la CNAS

Ce n’est un secret pour personne. Depuis l’instauration du professionnalisme dans le football algérien, soit depuis l’année 2010, pratiquement aucun club des deux Ligues professionnelles n’a respecté à la lettre le cahier des charges y afférent.

Pis, au fil des années, ils se sont retrouvés dans une situation embarrassante en raison notamment de l’accumulation des dettes auprès des services des assurances, ainsi que des impôts.
Cependant, un club parmi les 32 concernés a dérogé de la règle. On fait allusion à la JS Saoura. C’est du moins, le témoignage du secrétaire général de la FAF, Mohamed Saâd, qui a révélé que l’administration du club béchari est un modèle qui devrait servir d’exemple pour les autres formations.
Ce responsable, invité dans une émission sportive d’une chaine de télévision privée, a encensé la direction du club de Béchar en indiquant que ce dernier est parmi les rares clubs qui s’acquittent des couvertures sociales des joueurs.
« C’est une administration qui prend les choses au sérieux et qui agit conformément aux textes de lois et gère les affaires du club avec tact. Elle devrait servir de modèle pour les autres », a-t-il dit.
Évidemment, ces éloges sont allés droit au cœur des dirigeants qui voient en cette reconnaissance le résultat des efforts déployés depuis des années, sachant que ce club a été fondé en 2008 seulement. Cela ne l’a pas empêché de gravir des échelons en un laps de temps, parvenant même à participer à la Ligue des champions d’Afrique la saison précédente, ainsi qu’à la coupe arabe cette saison.
Ces marques de reconnaissance ne sont pourtant pas faites pour apaiser la tension entre la direction du club du sud-ouest du pays et la FAF.
En effet, le traitement réservé par l’instance fédérale au sort du championnat interrompu depuis mars dernier à cause du Covid-19, n’est pas du goût de la direction de la JSS. Cette dernière vient d’ailleurs d’appeler la FAF à mettre un terme définitif à la compétition, arguant que la situation sanitaire du pays va en dégradant. Une position qui contraste complètement avec celle des dirigeants du football algérien qui viennent de réitérer leur détermination à aller au terme du championnat, une fois que confinement sanitaire imposé par les pouvoirs publics venait d’être levé.
Hakim S.