LA 5e RÉUNION DU COMEFA, AUJOURD’HUI, À PARIS : Le boycott du blé français en arrière-fond

Alors que les gros sujets ayant marqué la quatrième session du COMEFA étaient ceux liés aux questions régionales et internationales d’intérêt commun, notamment sur le plan sécuritaire et la mise en place de nouveaux mécanismes de coopération pour la lutte contre le terrorisme transfrontalier, la cinquième réunion du Comité mixte laquelle se tiendra, aujourd’hui à Paris, sera consacrée à l’évaluation de la coopération économique Algéro-française et l’examen de l’état d’avancement des projets de partenariat en cours.
Les deux parties ambitionnent de profit cette session afin de scruter de nouveaux horizons de coopération dans le domaine de l’industrie en préparation de la cinquième session du Comité Intergouvernemental de Haut niveau (CIHN), coprésidé par, le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire du coté français et du coté Algérien par Abdelkader Messahel, ministre des Affaires étrangères, et le ministre de l’Industrie et des Mines, Youcef Yousfi.
Cette réunion, intervient, faut-il le rappeler, dans un contexte très marquant pour la France qui risque de perdre fatalement son monopole sur le marché algérien du blé le contrat avec Russes venait à être entériné. De plus même sur le plan des échanges commerciaux, la France avait déjà sa place de fournisseur principal de l’Algérie depuis plusieurs années, et les importations du pays en provenance de l’Hexagone ont fortement chuté depuis. Une situation qui pèserait incontestablement sur les travaux de cette cinquième réunion au cours desquels les officiels de la France useraient de toutes les cartes pour se tailler une place de choix dans l’échiquier économique Algérien.
Pour rappel, il est prévu, au menu de cette session, que Messahel et son homologue français ré-ouvrent les épineux dossiers politiques internationaux, régionaux et d’intérêt commun, face notamment aux graves crises qui secouent les régions du Sahel, la Syrie et surtout l’instabilité et l’insécurité qui sévissent en Lybie qui deviennent de vrais menaces pour les deux pays.
À préciser, que le comité mixte économique algéro-français, qui regroupe les responsables des ministères des secteurs économiques des deux pays, a été crée avec l’objectif de parvenir à définir une stratégie d’organisation d’un partenariat industriel, d’identifier les filières concernées, les projets et les entreprises algériennes et françaises susceptibles de s’organiser dans le cadre de ce partenariat. Il aussi pour mission d’évaluer les mécanismes de concertations mis en place et d’examiner les possibilités de les améliorer.
Zacharie S Loutari