Photo oredoo

Journée internationale des personnes handicapées : Ooredoo et la FAPH plaident pour les droits des personnes handicapées

Fidèle à ses initiatives de soutien aux personnes handicapées, Ooredoo entreprise citoyenne par excellence se joint à son partenaire, la Fédération Algérienne des Personnes Handicapées (FAPH) pour la célébration de la Journée internationale des personnes handicapées, coïncidant avec le 03 décembre de chaque année. Pour marquer cette date, Ooredoo et la FAPH ont organisé ce mardi 03 décembre 2019 à Alger, une rencontre sur le rôle et la participation des personnes handicapées dans le développement inclusif, équitable et durable. Cet événement a réuni une centaine de personnes vivant avec différents handicaps, venues pour soulever les difficultés auxquelles elles sont confrontées dans leur quotidien et proposer des mesures d’accompagnement ainsi que des solutions pour améliorer leurs conditions de vie. Il y a lieu de rappeler que Ooredoo est, depuis 2015, le partenaire de la FAPH, un mouvement national militant pour l’égalité des chances et la promotion des droits des personnes handicapées.
Ce partenariat prévoit notamment la réalisation d’un projet d’accompagnement à l’autonomie et à la scolarisation des enfants handicapés ainsi que le soutien aux activités de la fédération. à travers cette action, Ooredoo réaffirme son engagement citoyen auprès des personnes handicapées et des instances militants pour leur autonomisation et leur épanouissement.

Oran : deux anciens P/APC de Bir El-Djir et un vice-président condamnés à 7 ans de prison ferme
Deux anciens P/APC de Bir El-Djir (Oran), un vice-président et un entrepreneur ont été condamnés lundi à 7 ans de prison ferme par le tribunal d’Arzew. Le tribunal d’Arzew (Oran) a prononcé son verdict condamnant à 7 ans de prison ferme l’ancien P/APC de la commune de Bir El-Djir (K.M.A) et de son adjoint (B.N) et l’ancien P/APC (H.B) et un entrepreneur. Le tribunal a également condamné le gestionnaire du budget de la commune de Bir El-Djir (H.D) à 5 ans de prison ferme. En outre, tous les biens des accusés ont été saisis. Les prévenus ont été poursuivis pour «dilapidation de deniers publics, vol, faux et usage de faux, détournement et abus de fonction». Cette affaire remonte au mois de mai dernier, lorsque le juge d’instruction du tribunal d’Arzew avait placé sous mandat de dépôt 12 personnes liées à cette affaire. L’enquête de la brigade économique et financière de la Police judiciaire de la sûreté de wilaya d’Oran avait révélé des malversations dans le paiement de factures fictives dans le secteur de l’hydraulique et une surfacturation dans la réalisation d’un marché de proximité et d’autres projets fictifs d’une valeur globale de 350 millions DA.

Le «roi de la cocaïne» dominicain arrêté en Colombie
Le Dominicain César Emilio Peralta, surnommé «le roi de la cocaïne» parce qu’il aurait fait acheminer «des tonnes» de drogue des Caraïbes vers les Etats-Unis et l’Europe, a été arrêté lundi en Colombie, ont annoncé les autorités dominicaines. Peralta, âgé de 44 ans et également surnommé «el Abusador» (la Brute), a été interpellé au petit matin à Carthagène, dans le nord de la Colombie, a déclaré le procureur général dominicain, Jean Alain Rodriguez, lors d’une conférence de presse. En outre, a-t-il ajouté, le réseau de trafiquants de Peralta, qui selon le FBI avait des ramifications au Venezuela, à Porto Rico et en Colombie, a été «complètement démantelé» lors d’une soixantaine d’opérations où 18 personnes ont été arrêtées. Trois suspects ont été extradés vers les Etats-Unis et un quatrième est en train d’être remis à la justice américaine, a précisé M. Rodriguez. Le FBI promettait une récompense de 100.000 dollars pour toute information qui mènerait à l’interpellation de César Emilio Peralta. «Nous sommes en contact avec le ministère colombien de la Justice pour organiser son extradition, que ce soit vers les Etats-Unis ou la République dominicaine», a encore indiqué le procureur général, en marquant sa «préférence» pour les états-Unis.

Libération d’un mineur enlevé et arrestation de son ravisseur à Mostaganem
Les services de la Gendarmerie nationale de Mostaganem ont libéré, dernièrement, un mineur qui avait été enlevé et arrêté son ravisseur «en un temps record» à Ain Boudinar à l’est de la wilaya, a-t-on appris lundi de la cellule de communication et relations publiques du groupement territorial de ce corps de sécurité. Suite à un appel téléphonique sur le numéro vert (1055) au sujet d’un mineur enlevé à bord d’un véhicule touristique suspect au douar «Baitia» dans la commune d’Ain Boudinar (15 km à l’est de Mostaganem), le groupement territoriale de la Gendarmerie national a mis en œuvre un plan utilisant des moyens techniques modernes et un déploiement de ses éléments, qui a réussi, en un temps record à localiser et à arrêter le mis en cause âgé de 28 ans et à libérer l’enfant de 12 ans, a-t-on indiqué. Une fois l’enquête achevée et la procédure judiciaire accomplie, le prévenu sera présenté devant la justice, a-t-on souligné.

Quatre morts et deux blessés dans un accident de la circulation à Bouinan
Le bilan de l’accident de la circulation, survenu lundi soir à Bouinan (Est de Blida), s’est alourdi à quatre (4) morts et deux blessés, ont indiqué les services de la Protection civile dans un bilan définitif. Dans une déclaration à l’APS, le chargé de l’information, le lieutenant Adel Zerrkouk Reghaimi a indiqué que le bilan de l’accident de la circulation, survenu lundi soir au niveau de la route Chebli-Tabianet au lieu dit «El Raies», s’est alourdi à quatre morts (trois femmes et un homme qui étaient à bord du véhicule touristique) et deux blessés (un père et son fils à bord du deuxième véhicule). Les corps sans vie des victimes dont l’âge n’a pas encore été déterminé, ont été transférés vers les secteurs sanitaires de Bougara et Bouinan, tandis que les deux blessés ont été évacués vers le secteur sanitaire de Bouinan.
Un camion anti-incendie et trois ambulances ont été mobilisés pour les besoins de cette opération.

Saisie de plus de 6 quintaux de kif traité à Nâama
Plus de 6 quintaux de kif traité ont été saisis lors d’une opération menée lundi à Nâama par des garde-frontières et des éléments de la Gendarmerie nationale, indique mardi le ministère de la Défense nationale dans un communiqué.
«Dans le cadre de la lutte contre la contrebande et la criminalité organisée et dans le sillage des efforts continus visant à contrecarrer la propagation du fléau du narcotrafic dans notre pays, des Garde-frontières et des éléments de la gendarmerie nationale ont saisi, le 2 décembre 2019, une grande quantité de kif traité s’élevant à 6,313 quintaux, et ce, suite à une patrouille de fouille et de recherche menée dans la localité de Fathat Djenine, commune d’Aïn-Safra, wilaya de Nâama (2ème Région militaire)», précise la même source.
Dans un autre contexte, des détachements de l’Armée nationale populaire ont intercepté, lors d’opérations distinctes menées à Bordj Badji Mokhtar (6ème Région militaire) et Tindouf (3ème Région militaire), «2 individus et saisi un groupe électrogène, un marteau piqueur, une plaque photovoltaïque, ainsi que 3 véhicules chargés de 6.000 litres de carburant destinés à la contrebande , tandis que 40 quintaux de tabac ont été saisis à Biskra (4ème Région militaire)», ajoute le communiqué.
Par ailleurs, des garde-côtes ont mis en échec une tentative d’émigration clandestine de «6 personnes qui étaient à bord d’une embarcation de construction artisanale à 7 miles marins nord de Ras El Hamra, wilaya d’Annaba (5ème Région militaire), alors que 86 immigrants clandestins de différentes nationalités ont été interceptés à In-Amenas (4ème Région militaire) et Béchar (3ème Région militaire)», conclut le MDN.